(DL) Les organisateurs de l’activité Maguire en fête peuvent dire qu’ils ont remporté leur pari : ils ont fait d’une fête de quartier un grand rassemblement festif où les familles de Sillery, mais aussi de toute la région de Québec, se plaisent à flâner et à se divertir. Le virage amorcé l’an dernier a porté fruit puisque l’activité a attiré entre 8 000 et 9 000 personnes sur la rue devenue piétonne pour l’occasion, le 25 août dernier.

jssf 10 2018 article une

La sixième édition de Maguire en fête était cette année présentée par la Caisse Desjardins Sillery–Saint-Louis-de-France. De 10 h à 18 h, petits et grands ont parcouru l’artère animée par divers kiosques, d’activités pour la famille et de découvertes gourmandes. 

« Nous avons décidé cette année de segmenter des portions de la rue et de créer des thèmes : zone familiale, zone santé et bien-être, zone musicale. Ça a été un véritable succès, commente Patrick Lemaire, directeur général de la SDC Maguire. De nombreuses activités étaient présentées en collaboration avec les Loisirs Saint-Sacrement et nous avons aussi eu la participation des animateurs du camp d’été et même d’élèves du Collège Jésus-Marie et du Séminaire des Pères Maristes, dont la fanfare, qui a défilé dans la rue. »

Les enfants ont profité des jeux gonflables, du maquillage, des jeux de kermesse, alors que les adultes ont pu bénéficier de judicieux conseils santé dans la zone dédiée à ce thème. Un espace réservé à l’allaitement avec table à langer a même été aménagé dans la zone. « Ce n’est pas toujours évident pour les jeunes familles de participer à ce genre d’activité extérieure et nous avons voulu être facilitants pour cette clientèle », poursuit M. Lemaire.

Une activité qui a beaucoup plu aux visiteurs a été le Duel des saveurs, présenté par Eventouch et au cours duquel neuf équipes composées de deux commerçants établis sur l’avenue Maguire ont créé des délices sucré-salé que les visiteurs ont pu goûter par la suite.

Mais le plus gros défi de Maguire en fête cette année a été d’animer la rue jusque tard en soirée, une première expérience qui a comblé les participants ainsi que les organisateurs. La musique a résonné sur la rue jusqu’à 23 h, au plus grand plaisir de tous. « Nous avons d’ailleurs déplacé la fête le samedi pour justement expérimenter cette nouvelle formule, puisque c’est congé pour plusieurs le lendemain », précise encore Patrick Lemaire, qui n’hésite pas à affirmer que l’activité est appelée à grandir au cours des prochaines années.

Ce dernier a tenu à remercier les précieux partenaires qui ont permis la tenue de la journée : Chartwell Domaine de Bordeaux, Stéphane Billette, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l’Allègement réglementaire et au Développement économique régional, la clinique chiropratique de la Dre Joëlle Malenfant, la clinique dentaire Maguire, Immostar, l’Institut Odette Chevalier, la Pizzéria NO. 900 et Roset.

(JB) Qui aurait imaginé voir Fondaction et le Conseil du patronat créer un partenariat? Les deux organisations ont accepté avec enthousiasme de participer à cette aventure parce qu’elles ont en commun la même volonté de créer et de maintenir des emplois dans les 17 régions administratives du Québec. La Corporation des parcs industriels de Québec n’aurait pu rêver une alliance plus riche en crédibilité.

jpi 09 2018 article une

Outre les trois partenaires fondateurs, le comité organisateur du prix Créateurs d’emplois du Québec 2018 a pu susciter l’intérêt d’organisations de prestige comme le Groupe Desgagnés, Investissement Québec et Lowe’s Canada, trois piliers de l’économie québécoise.

À cela s’ajoutent les partenaires associés que sont Aéroports de Montréal, Air Canada, Bombardier, Réseau Sélection, et l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Les partenaires prospérité sont l’Association de la construction du Québec (ACQ), les Casinos du Québec, Desjardins Entreprises Québec–Portneuf, Power Corporation du Canada, Drakkar & Associés, Énergir, la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, l’Office du tourisme de Québec, le Port de Montréal, STIQ Maillage industriel, l’Union des municipalités du Québec et la Ville de Québec.

Les partenaires fournisseurs sont Delta Hôtels Marriott Québec, Déry Résultats Marketing, Digipoint, CTL Recouvrement de créances, Groupe PolyAlto, Jobillico, LSM, Raymond Chabot Grant Thornton et Mallette.

Les partenaires médias sont TVA, le Journal de Montréal, le Journal de Québec, le Journal des parcs industriels et le journal Nouvelles Économiques.

Enfin, le partenaire institutionnel est le Gouvernement du Québec. Toutes ces organisations contribuent à la seconde édition d’un événement destiné à saluer les efforts des entrepreneurs de tout le Québec dans la création de richesse.

(DL) C’est dans une ambiance festive et décontractée que Journal.ca a reçu plus de 200 bénévoles membres des organismes situés sur son territoire, le mardi 21 août dernier, afin de leur rendre hommage et de saluer leur engagement et leur générosité dans la communauté.

ecr 09 2018 article une

Les membres de l’équipe de Journal.ca ont reçu les bénévoles au restaurant Le Tuscanos de Sainte-Foy en présence de nombreux élus municipaux, provinciaux et fédéraux, ainsi que de précieux partenaires d’affaires pour un cocktail suivi d’un souper concocté dans les cuisines de Demetre Triantafyllou et Ali Lariane, copropriétaires du restaurant.

Pour Pierre Cassivi, éditeur et cofondateur de Journal.ca, « une société sans bénévoles et sans entraide est une société dysfonctionnelle. C’est pour cette raison que les organismes communautaires sont essentiels pour assurer un tissu social cohérent dans la société où nous vivons. »

« Le travail des bénévoles est très important au sein d’une communauté. Les élus ont comme mandat également de faire un travail de proximité auprès de la population, ce qui nous amène à travailler souvent ensemble, les bénévoles et les élus. Les journaux de Journal.ca nous permettent d’observer ce qui se passe chez nous et c’est très réconfortant de pouvoir le faire tranquillement », a commenté Geneviève Guilbault, députée provinciale sortante de la circonscription de Louis-Hébert.

Pierre Cassivi a également profité de l’occasion pour remercier un associé de la première heure, le journaliste Yvon Giroux, pour souligner le travail exceptionnel réalisé au cours de la dernière année par Malika Schneider, également journaliste, ainsi que pour souhaiter la bienvenue à celle qui écrit ces lignes, et qui remplacera Malika au sein de l’équipe de rédaction de Journal.ca.

(DL) Le Piolet est un organisme communautaire qui propose de nombreux services aux jeunes de 16 à 35 ans qui éprouvent des difficultés dans leur vie personnelle ou professionnelle. L’objectif de l’organisme est d’améliorer la qualité de vie, le savoir-être et le savoir-faire professionnel de ces jeunes pour les aider à prendre leur place dans la société.

jdr 09 2019 article une 2
À l’arrière : David Boivin, directeur général du Piolet, André Maheux et Jean-Louis Duchesne du comité d’engagement de la Caisse, et Lorenzo Alberton, directeur adjoint du Piolet. À l’avant : Murielle Foucault et Suzanne Canac Marquis du comité d’engagement de la Caisse et Silvana Polacco, conseillère en développement économique.

 

Pour y arriver, Le Piolet se fait un devoir d’être à l’écoute des jeunes adultes et de la communauté tout en demeurant à l’affût de projets novateurs. Les différentes interventions mises de l’avant par l’organisme respectent des règles d’approche globale et de continuité des services.

Le restaurant Le Piolet est tout d’abord une entreprise d’insertion sociale qui œuvre dans le domaine de l’économie sociale en privilégiant l’insertion par l’action. L’objectif est de permettre à ces jeunes qui vivent une situation d’exclusion face au marché du travail d’acquérir des compétences techniques, personnelles et sociales en milieu de travail dans la restauration.

Milieu de vie

Le milieu de vie du Piolet est un service de première ligne qui accompagne des jeunes qui vivent des situations d’exclusion sociale et de marginalisation. Regrouper ces jeunes dans un tel lieu de rencontre permet de lutter contre la pauvreté et les risques d’itinérance auxquels ils s’exposent. Ceci permet aux jeunes de sortir de leur solitude et de leur isolement.

Hébergement transitoire

Les jeunes peuvent aussi profiter d’un service d’hébergement transitoire. En plus de profiter d’un lieu où se loger, ces personnes à faible ou modeste revenu sont accompagnées par des intervenants pour développer des comportements et des compétences qui leur permettront de mieux s’intégrer dans leur futur logement permanent.

Pour la Caisse populaire Desjardins Des Rivières de Québec, soutenir les projets du Piolet, c’est offrir des alternatives constructives pour aider les jeunes à prendre leur envol.

Page 1 sur 3
Aller au haut