VIVA DESIGN

Un succès retentissant pour Maguire en fête!

(DL) Les organisateurs de l’activité Maguire en fête peuvent dire qu’ils ont remporté leur pari : ils ont fait d’une fête de quartier un grand rassemblement festif où les familles de Sillery, mais aussi de toute la région de Québec, se plaisent à flâner et à se divertir. Le virage amorcé l’an dernier a porté fruit puisque l’activité a attiré entre 8 000 et 9 000 personnes sur la rue devenue piétonne pour l’occasion, le 25 août dernier.

jssf 10 2018 article une

La sixième édition de Maguire en fête était cette année présentée par la Caisse Desjardins Sillery–Saint-Louis-de-France. De 10 h à 18 h, petits et grands ont parcouru l’artère animée par divers kiosques, d’activités pour la famille et de découvertes gourmandes. 

« Nous avons décidé cette année de segmenter des portions de la rue et de créer des thèmes : zone familiale, zone santé et bien-être, zone musicale. Ça a été un véritable succès, commente Patrick Lemaire, directeur général de la SDC Maguire. De nombreuses activités étaient présentées en collaboration avec les Loisirs Saint-Sacrement et nous avons aussi eu la participation des animateurs du camp d’été et même d’élèves du Collège Jésus-Marie et du Séminaire des Pères Maristes, dont la fanfare, qui a défilé dans la rue. »

Les enfants ont profité des jeux gonflables, du maquillage, des jeux de kermesse, alors que les adultes ont pu bénéficier de judicieux conseils santé dans la zone dédiée à ce thème. Un espace réservé à l’allaitement avec table à langer a même été aménagé dans la zone. « Ce n’est pas toujours évident pour les jeunes familles de participer à ce genre d’activité extérieure et nous avons voulu être facilitants pour cette clientèle », poursuit M. Lemaire.

Une activité qui a beaucoup plu aux visiteurs a été le Duel des saveurs, présenté par Eventouch et au cours duquel neuf équipes composées de deux commerçants établis sur l’avenue Maguire ont créé des délices sucré-salé que les visiteurs ont pu goûter par la suite.

Mais le plus gros défi de Maguire en fête cette année a été d’animer la rue jusque tard en soirée, une première expérience qui a comblé les participants ainsi que les organisateurs. La musique a résonné sur la rue jusqu’à 23 h, au plus grand plaisir de tous. « Nous avons d’ailleurs déplacé la fête le samedi pour justement expérimenter cette nouvelle formule, puisque c’est congé pour plusieurs le lendemain », précise encore Patrick Lemaire, qui n’hésite pas à affirmer que l’activité est appelée à grandir au cours des prochaines années.

Ce dernier a tenu à remercier les précieux partenaires qui ont permis la tenue de la journée : Chartwell Domaine de Bordeaux, Stéphane Billette, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l’Allègement réglementaire et au Développement économique régional, la clinique chiropratique de la Dre Joëlle Malenfant, la clinique dentaire Maguire, Immostar, l’Institut Odette Chevalier, la Pizzéria NO. 900 et Roset.

Une aide financière des plus appréciées - 335 000 $ pour les Sentiers du Moulin et la Pourvoirie du Lac-Beauport

(CR) Porteuse de belles et bonnes nouvelles, la députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, a fait quelques annonces concrètes d’aide financière, à quelques jours de son départ sur les routes pour entamer la campagne électorale. Le 16 août dernier, c’est à Lac-Beauport qu’elle a annoncé une aide financière à la Pourvoirie du Lac-Beauport et à la Société des Sentiers du Moulin.

edl 09 2018 article une

Premier arrêt, la Pourvoirie

Mme Tremblay était heureuse d’annoncer au copropriétaire Philippe Bacon qu’il pourrait aller de l’avant avec la construction d’un nouveau bâtiment d’accueil, puisqu’une aide financière de 135 000 $ leur était accordée par le biais du ministère du Tourisme Québec et de l’Office du tourisme de Québec (OTQ). En plus de la bâtisse qui comprendra une salle multifonctionnelle, cet argent servira également à l’acquisition d’équipements qui bonifieront l’offre des activités sur ce site exceptionnel qui propose de nombreuses activités : pêche à l'année, équitation, randonnée pédestre, visite du village des chiots husky, randonnée et location de motoneige, randonnée en traîneau à chiens.

Deuxième arrêt, les Sentiers du Moulin (SDM)

Toujours dans le but de favoriser le développement de l’offre touristique de la région de Québec, un montant de 200 000 $ a été accordé à la Société des Sentiers du Moulin afin de l’appuyer dans la réalisation de la phase 2 d’aménagement de sentiers de vélo de montagne. Cette initiative totalise des investissements de 610 000 $. Le projet pourra être amorcé rapidement pour le plus grand plaisir des amateurs de plein air. Beaucoup de travail pour l'équipe des SDM dans les prochaines années. D’ailleurs, les bénévoles sont déjà à pied d’œuvre.

Il va sans dire que c’est avec le plus grand plaisir, au nom de Julie Boulet, ministre du Toursime, que Véronyque Tremblay a fait ces annonces dans son comté, sa municipalité.

Visite du premier ministre à Lac-Beauport - Philippe Couillard et Véronyque Tremblay en tournée

(CR) C’est sans tambour ni trompette que le 13 juillet dernier notre députée Véronyque Tremblay invitait en nos murs nul autre que le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. Petite virée bien sympathique et non annoncée qui a su créer un bel effet de surprise. 

edl 08 2018 article une

Premier arrêt en cette journée ensoleillée, la Crèmerie chez Boub. On avait là une propriétaire, Valérie Dumas, bien fière d’accueillir le premier ministre et notre dynamique députée dans le nouveau Boub 2.0.

La visite guidée s’est poursuivie aux installations du Centre AcrobatX où le directeur général, Jonathan Martin, s’est réjoui de cette visite inattendue. « Madame Tremblay a déjà fait beaucoup pour nous et aujourd’hui, elle nous amène nul autre que le premier ministre qui prend le temps d’écouter nos préoccupations et nos projets d’avenir pour le Centre. Nous sommes très reconnaissants », a-t-il lancé avec enthousiasme. Monsieur Couillard a d’ailleurs tenu à monter au sommet des rampes d’eau qui servent à l’entraînement des sauteurs acrobatiques. D’ailleurs, le Mondial AcrobatX se tiendra du 24 au 26 août prochain.

Les partenaires du prix Créateurs d’emplois du Québec 2018 - Un événement basé sur la confiance

(JB) Qui aurait imaginé voir Fondaction et le Conseil du patronat créer un partenariat? Les deux organisations ont accepté avec enthousiasme de participer à cette aventure parce qu’elles ont en commun la même volonté de créer et de maintenir des emplois dans les 17 régions administratives du Québec. La Corporation des parcs industriels de Québec n’aurait pu rêver une alliance plus riche en crédibilité.

jpi 09 2018 article une

Outre les trois partenaires fondateurs, le comité organisateur du prix Créateurs d’emplois du Québec 2018 a pu susciter l’intérêt d’organisations de prestige comme le Groupe Desgagnés, Investissement Québec et Lowe’s Canada, trois piliers de l’économie québécoise.

À cela s’ajoutent les partenaires associés que sont Aéroports de Montréal, Air Canada, Bombardier, Réseau Sélection, et l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Les partenaires prospérité sont l’Association de la construction du Québec (ACQ), les Casinos du Québec, Desjardins Entreprises Québec–Portneuf, Power Corporation du Canada, Drakkar & Associés, Énergir, la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, l’Office du tourisme de Québec, le Port de Montréal, STIQ Maillage industriel, l’Union des municipalités du Québec et la Ville de Québec.

Les partenaires fournisseurs sont Delta Hôtels Marriott Québec, Déry Résultats Marketing, Digipoint, CTL Recouvrement de créances, Groupe PolyAlto, Jobillico, LSM, Raymond Chabot Grant Thornton et Mallette.

Les partenaires médias sont TVA, le Journal de Montréal, le Journal de Québec, le Journal des parcs industriels et le journal Nouvelles Économiques.

Enfin, le partenaire institutionnel est le Gouvernement du Québec. Toutes ces organisations contribuent à la seconde édition d’un événement destiné à saluer les efforts des entrepreneurs de tout le Québec dans la création de richesse.

Journal.ca salue l’engagement et le dévouement des bénévoles

(DL) C’est dans une ambiance festive et décontractée que Journal.ca a reçu plus de 200 bénévoles membres des organismes situés sur son territoire, le mardi 21 août dernier, afin de leur rendre hommage et de saluer leur engagement et leur générosité dans la communauté.

ecr 09 2018 article une

Les membres de l’équipe de Journal.ca ont reçu les bénévoles au restaurant Le Tuscanos de Sainte-Foy en présence de nombreux élus municipaux, provinciaux et fédéraux, ainsi que de précieux partenaires d’affaires pour un cocktail suivi d’un souper concocté dans les cuisines de Demetre Triantafyllou et Ali Lariane, copropriétaires du restaurant.

Pour Pierre Cassivi, éditeur et cofondateur de Journal.ca, « une société sans bénévoles et sans entraide est une société dysfonctionnelle. C’est pour cette raison que les organismes communautaires sont essentiels pour assurer un tissu social cohérent dans la société où nous vivons. »

« Le travail des bénévoles est très important au sein d’une communauté. Les élus ont comme mandat également de faire un travail de proximité auprès de la population, ce qui nous amène à travailler souvent ensemble, les bénévoles et les élus. Les journaux de Journal.ca nous permettent d’observer ce qui se passe chez nous et c’est très réconfortant de pouvoir le faire tranquillement », a commenté Geneviève Guilbault, députée provinciale sortante de la circonscription de Louis-Hébert.

Pierre Cassivi a également profité de l’occasion pour remercier un associé de la première heure, le journaliste Yvon Giroux, pour souligner le travail exceptionnel réalisé au cours de la dernière année par Malika Schneider, également journaliste, ainsi que pour souhaiter la bienvenue à celle qui écrit ces lignes, et qui remplacera Malika au sein de l’équipe de rédaction de Journal.ca.

Le Piolet, un organisme phare pour les jeunes

(DL) Le Piolet est un organisme communautaire qui propose de nombreux services aux jeunes de 16 à 35 ans qui éprouvent des difficultés dans leur vie personnelle ou professionnelle. L’objectif de l’organisme est d’améliorer la qualité de vie, le savoir-être et le savoir-faire professionnel de ces jeunes pour les aider à prendre leur place dans la société.

jdr 09 2019 article une 2
À l’arrière : David Boivin, directeur général du Piolet, André Maheux et Jean-Louis Duchesne du comité d’engagement de la Caisse, et Lorenzo Alberton, directeur adjoint du Piolet. À l’avant : Murielle Foucault et Suzanne Canac Marquis du comité d’engagement de la Caisse et Silvana Polacco, conseillère en développement économique.

 

Pour y arriver, Le Piolet se fait un devoir d’être à l’écoute des jeunes adultes et de la communauté tout en demeurant à l’affût de projets novateurs. Les différentes interventions mises de l’avant par l’organisme respectent des règles d’approche globale et de continuité des services.

Le restaurant Le Piolet est tout d’abord une entreprise d’insertion sociale qui œuvre dans le domaine de l’économie sociale en privilégiant l’insertion par l’action. L’objectif est de permettre à ces jeunes qui vivent une situation d’exclusion face au marché du travail d’acquérir des compétences techniques, personnelles et sociales en milieu de travail dans la restauration.

Milieu de vie

Le milieu de vie du Piolet est un service de première ligne qui accompagne des jeunes qui vivent des situations d’exclusion sociale et de marginalisation. Regrouper ces jeunes dans un tel lieu de rencontre permet de lutter contre la pauvreté et les risques d’itinérance auxquels ils s’exposent. Ceci permet aux jeunes de sortir de leur solitude et de leur isolement.

Hébergement transitoire

Les jeunes peuvent aussi profiter d’un service d’hébergement transitoire. En plus de profiter d’un lieu où se loger, ces personnes à faible ou modeste revenu sont accompagnées par des intervenants pour développer des comportements et des compétences qui leur permettront de mieux s’intégrer dans leur futur logement permanent.

Pour la Caisse populaire Desjardins Des Rivières de Québec, soutenir les projets du Piolet, c’est offrir des alternatives constructives pour aider les jeunes à prendre leur envol.

Le parc des Augustines est officiellement inauguré

(DL) C’est maintenant officiel depuis le 26 août dernier, le parc situé près du calvaire du lac à Saint-Augustin-de-Desmaures porte le nom de parc des Augustines. La cérémonie protocolaire a eu lieu en présence d’élus municipaux et provinciaux, de résidents et de représentantes de cette communauté religieuse qui a marqué l’histoire de la municipalité par sa participation active à l’activité économique de l’époque.

jsa 09 2018 article une

Le parc des Augustines est situé à l’intersection du chemin de la Butte et du chemin du Lac, là où a été reconstruit le calvaire du lac Saint-Augustin en 2016. En 1747, c’était aussi à cet endroit que les Augustines avaient érigé le premier calvaire, elles qui ont été à la tête de la seigneurie pendant plus de 100 ans.

Bien au-delà de leur vocation et de leur devoir envers l’église, les Augustines ont été des pionnières en participant de manière très active à la vie commerciale, tout en poursuivant leur mission sociale et culturelle.

« Les Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec ont marqué l’histoire de Saint-Augustin-de-Desmaures. La présence de ce parc rappelle les 134 années de l’administration de seigneuresses sur leur territoire et confirme les liens historiques qui les unissent à la ville », a mentionné le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau.

Sœur Lise Tanguay, supérieure générale de la Fédération des Monastères des Augustines, a quant à elle loué l’initiative de la Ville. « N’oublions jamais que la croisée des chemins était pour nos ancêtres un lieu de rendez-vous dans les beaux comme dans les mauvais jours. Ainsi, quels que soient nos allégeances religieuses, un devoir de mémoire s’impose et c’est pour respecter leur mémoire et leur rendre hommage que l’inauguration du parc des Augustines et la réhabilitation du calvaire a lieu aujourd’hui. »

Les Augustines se sont installées en Nouvelle-France dans les années 1600 et y ont fondé le premier hôpital en Amérique du Nord. En tout, elles ont aussi fondé 12 monastères-hôpitaux et ont jeté les bases du système de santé actuellement en vigueur au Québec.

Construction du pavillon de l’Institut nordique du Québec-Une tradition que l’Université Laval poursuit

(JB) Après avoir été le théâtre de travaux en recherche nordique pendant de nombreuses années, l’Université Laval voit ses efforts récompensés par l’annonce, le 17 août dernier, de la construction du pavillon de l’Institut nordique du Québec (INQ).

jsf 09 2018 article une 

Le projet bénéficie de l’appui du gouvernement du Canada de 25,5 M$, de celui du gouvernement du Québec, avec une contribution de 27,5 M$ (par l’entremise de la Société du Plan Nord) et du soutien de la Ville de Québec, à hauteur de 5 M$. Le reste du financement sera assumé par l’Université Laval et ses partenaires. Le début des travaux de construction est prévu en 2021.

« C’est toujours un plaisir, très chère Sophie d’être de retour chez vous et… chez moi », a lancé d’emblée le ministre de la Famille, des Enfants et du Département social et député fédéral de Québec, M. Jean-Yves Duclos, qui a été professeur titulaire à la Faculté des sciences sociales au sein de cette institution. « Nous avons un besoin constant et significatif d’innovation de recherche et de nouvelles connaissances. En matière d’innovation et de recherche, il n’y a pas de meilleur partenaire, pour le gouvernement canadien, que l’Université Laval. Nous avons en effet la chance, à Québec, de compter sur une institution (…) qui possède de solides infrastructures en matière de recherche et d’innovation ainsi qu’un bassin de chercheurs et d’étudiants compétents et ambitieux (…) L’annonce d’aujourd’hui permet de positionner l’Institut nordique, l’Université Laval et le Canada comme leader mondial en recherche nordique et arctique pour l’atteinte du développement durable, non seulement pour notre grand pays, mais aussi pour l’ensemble de la planète. »

« Investir dans les connaissances » (François-Philippe Champagne)

M. François-Philippe Champagne, nouveau ministre des Infrastructures et des Collectivités, a déclaré que « ce matin, nous avons la joie d’investir dans les connaissances. Pour moi, ça revêt un caractère particulier parce que l’investissement dans les connaissances, dans le développement durable du Nord-du-Québec et de l’Arctique canadien figure dans notre grand plan d’investissement historique dans les infrastructures. (…) On disait depuis longtemps que ce projet était en gestation, mais c’est grâce au leadership des gens de l’Université Laval et de la province, mais surtout de mes collègues de Québec, qu’il a vu le jour. (…) Mme la Rectrice, je suis fier de m’associer à vous aujourd’hui pour une annonce qui est très prometteuse pour l’Université Laval. Nous investirons plus de 25 millions de dollars afin de construire le bâtiment principal de l’Institut nordique du Québec ici même. (…) Ce projet va nous aider à mieux comprendre la réalité des communautés, ainsi que leurs défis comme les changements climatiques, qui sont particulièrement perceptibles. (…) En misant sur le savoir-faire, les connaissances et les compétences des divers experts et, notamment, de nos amis autochtones, nous contribuerons à bâtir ensemble une région prospère et durable où les collectivités seront dynamiques et en santé. »

« Une excellente nouvelle pour nous tous » (Joël Lightbound)

« Le nouveau site de l’Institut nordique du Québec qui verra le jour sur le campus de l’Université Laval est une excellente nouvelle pour nous tous. C’est un projet qui va permettre de faire rayonner l’expertise et le leadership du Québec et du Canada en sciences nordiques en réunissant les experts du Nord issus des universités, des collèges, des communautés, des gouvernements et du secteur privé. Sur une note plus personnelle, je dois vous dire que depuis mon premier jour à titre de député de Louis-Hébert, la création de l’Institut nordique du Québec était déjà ma priorité. Je pense que le leadership en matière de sciences nordiques est déjà bien établi. Avec l’Institut nordique du Québec, on va établir ce leadership et le propulser à la face du monde alors qu’on fait face à des changements climatiques qui nous apportent des défis considérables. »

« Soyons des acteurs plutôt que des spectateurs » (Sébastien Proulx)

« Il se passe, ici à l’Université Laval, des choses extraordinaires. Nous sommes une grande institution ici, mais nous créons une quantité impressionnante de recherche et de création de connaissance pour l’ensemble de la planète. Le sujet de la nordicité s’impose dans nos vies. Je préfère toujours penser que nous sommes des acteurs qui réagissons à ce qui se passe autour de nous plutôt que des spectateurs qui se font imposer l’agenda climatique ou l’agenda du monde, tout simplement. (…) La région de Québec continue d’être une locomotive, notre communauté est très active, notre économie est florissante dans tous les domaines d’activité. Bravo pour faire de Québec et de l’Université Laval cette plaque tournante de recherche au niveau international. Longue vie à cet institut iconique et bravo de vouloir changer le monde. »

« Le plus beau projet collectif où tout le monde a mis la main à la pâte » (Régis Labeaume)

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a félicité François-Philippe Champagne à titre de nouveau ministre des Infrastructures et des Collectivités. Il a ensuite salué le ministre responsable de la Capitale-Nationale pour son dynamisme. « Avec Sébastien (Proulx), on a réglé d’innombrables dossiers à Québec. (…) On n’aurait pas eu les 3 milliards de dollars pour le tramway, n’eût été de la présence de Sébastien Proulx comme ministre responsable de la région de Québec. Sophie D’Amours est une nouvelle rectrice qui nous rend tellement fiers et qui rayonne. Je salue Louis Fortier. C’est un grand jour pour lui aujourd’hui. Je veux aussi saluer Ghislain Picard et j’ai un petit mot spécial pour Robert Sauvé. Avoir su que tu devais aller à la retraite, on serait intervenu pour empêcher ça, cher Robert. En dix ans de vie politique, j’estime que c’est le plus beau projet collectif où tout le monde a mis la main à la pâte. »

« Un grand carrefour de connaissance et d’expertise » (Sophie D’Amours)

« Je suis vraiment émue. Ce matin, quand je me suis levée, j’avais l’impression d’être une petite fille. Je suis fière de tout ce qu’on a accompli ensemble. Fière de voir tous ces leaders marquer l’histoire de la recherche nordique du Québec, marquer l’histoire de l’Université Laval. (…) Nous sommes en train de changer les façons de faire en misant sur tous les talents et les disciplines. Les grands experts mondiaux sont ici, au Québec et au Canada. À ce titre, on peut penser à la naissance du Centre d’études nordiques avec M. Louis-Edmond Hamelin, qui a été le visionnaire de ce centre, devenu au fil des ans un pilier multiuniversitaire en ce secteur. On peut penser à la création du centre d’excellence ArcticNet et son brise-glace emblématique, le Amundsen, sous la direction de Louis Fortier. Ces réseaux de centres d’excellence réunissent des chercheurs de pointe. Avec toutes ces forces interdisciplinaires, on vient, avec l’Institut nordique du Québec, de donner un second souffle et de permettre que de nouvelles découvertes soient faites. »

« Le Nord vit sous une triple pression » (Louis Fortier)

« Le Nord se transforme sous la triple pression du réchauffement planétaire, la modernisation et l’industrialisation. Cette transformation spectaculaire, c’est un événement sans précédent. Et c’est un événement qui définit le début du 21e siècle par les enjeux géopolitiques, climatiques, socioéconomiques et environnementaux soulevés par cette transformation du monde arctique. L’ensemble de la planète se tourne vers le Nord et, en tant que nation nordique, le Canada et le Québec n’ont pas le choix d’être à l’avant-garde de cet éveil planétaire au monde arctique. (…) Certains de ces centres spécialisés en recherche nordique existent depuis les années soixante. (…) L’expertise de ces centres de recherche est souvent monodisciplinaire. Par exemple, sur les océans, les continents, la santé, etc. Or, les enjeux soulevés par la transformation du Nord et de l’Arctique canadien sont pluridisciplinaires, ce qui veut dire que nous devons avoir des réponses d’expertises qui combinent différents secteurs. En 2004, on a tenté de regrouper les différentes expertises des centres du Canada en recherche arctique. (…) Les résultats ont été spectaculaires. De la réfection de l’aéroport d’Iqaluit à la cartographie des voies navigables dans l’archipel canadien, on recense au moins 132 cas où la recherche effectuée par ArcticNet a mené à des programmes
destinés à aider le Nord à s’adapter au changement. »

Journal.ca salue l’engagement et le dévouement des bénévoles

C’est dans une ambiance festive et décontractée que Journal.ca a reçu plus de 200 bénévoles membres des organismes situés sur son territoire, le mardi 21 août dernier, afin de leur rendre hommage et de saluer leur engagement et leur générosité dans la communauté.

jvb 09 2018 article une

Les membres de l’équipe de Journal.ca ont reçu les bénévoles au restaurant Le Tuscanos de Sainte-Foy en présence de nombreux élus municipaux, provinciaux et fédéraux, ainsi que de précieux partenaires d’affaires pour un cocktail suivi d’un souper concocté dans les cuisines de Demetre Triantafyllou et Ali Lariane, copropriétaires du restaurant.

Pour Pierre Cassivi, éditeur et cofondateur de Journal.ca, « Une société sans bénévoles et sans entraide est une société dysfonctionnelle. C’est pour cette raison que les organismes communautaires sont essentiels pour assurer un tissu social cohérent dans la société où nous vivons ».

« Sur mon territoire seulement, nous avons dénombré pas moins de 625 bénévoles qui œuvrent sur le terrain, a commenté Pierre Dolbec, maire de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier. Uniquement pour l’activité du rodéo qui s’est déroulée récemment, ils étaient 125 à la mener à bien. Ils réalisent un travail extraordinaire et c’est grâce à eux que les municipalités peuvent offrir un meilleur service aux citoyens ».

Le député de La Peltrie, Éric Caire, a quant à lui tenu à souligner la place de choix que Journal.ca réserve aux organismes communautaires dans ses pages. « Vos journaux sont partout, votre équipe fait un travail exceptionnel et vous couvrez tout ce qui se passe de bon sur le territoire. Vous servez de trait d’union entre les citoyens ».

Pierre Cassivi a également profité de l’occasion pour remercier un associé de la première heure, le journaliste Yvon Giroux, souligner le travail exceptionnel réalisé au cours de la dernière année par Malika Schneider, également journaliste, ainsi que pour souhaiter la bienvenue à celle qui écrit ces lignes, qui la remplacera au sein de l’équipe de rédaction de Journal.ca.

Presbytère de L’Ancienne-Lorette - Le gouvernement provincial accorde une subvention de 3,25 M$

(DL) La Ville de L’Ancienne-Lorette a reçu la confirmation que le gouvernement du Québec a accepté d’accorder une subvention de 3,2 M$ afin de permettre les travaux de construction d’une annexe au presbytère actuel pour y installer un point de service pouvant accueillir les bureaux d’organismes communautaires de la municipalité.

jal 09 2018 article une

L’annonce a été faite le 17 août dernier par le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, au nom du ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux.

« L’annonce d’aujourd’hui est une excellente nouvelle pour L’Ancienne-Lorette. En investissant dans ce bâtiment, notre gouvernement contribuera à la pérennité et à la qualité des services offerts aux citoyens », a commenté le ministre Proulx.

« Nous sommes fiers de ce projet qui permettra de bonifier l’offre de loisirs et de services communautaires, tout en conservant notre presbytère, qui fera partie de l’histoire et du patrimoine de L’Ancienne-Lorette. Ce nouveau bâtiment sera pour nos citoyens un lieu de service, d’entraide et de rassemblement», a pour sa part indiqué Sylvie Falardeau, maire suppléant de L’Ancienne-Lorette.

« Nous devrions procéder à l’octroi des contrats pour la construction de l’annexe au presbytère lors de la séance du conseil du 28 août prochain et dévoiler les maquettes du projet à la population », a commenté Caroline Fortin-Dupuis, responsable des communications à la Ville de L’Ancienne-Lorette, puisque au moment d’écrire ces lignes la séance n’avait pas eu lieu. 

Le dossier du presbytère a fait couler beaucoup d’encre au cours de la dernière année. Le bâtiment datant de la fin des années 1800 à l’architecture typiquement italienne devait tout d’abord être rasé pour permettre la construction d’un centre communautaire dans le stationnement actuel desservant la bibliothèque municipale. Les locaux de la fabrique auraient été relocalisés sans frais ni loyer dans le nouveau bâtiment.

De nombreux citoyens s’étaient opposés à cette démolition, ce qui avait fait réagir les instances municipales qui avaient soumis une nouvelle proposition consistant à conserver le stationnement, ainsi que le presbytère. La proposition de la Ville a finalement été acceptée par la fabrique et le diocèse et la Ville a fait l’acquisition du terrain.

Fouilles archéologiques

Dans le cadre du projet, d’importantes fouilles archéologiques ont dû être effectuées du 27 mai au 27 juillet dernier sur le terrain du presbytère afin de conserver l’histoire enfouie sous terre. À l’automne 2017, des sondages exploratoires avaient permis de constater l’importance des ressources archéologiques et leur exceptionnelle préservation.

Réalisées par la coopérative de travail en archéologie GAIA, les fouilles ont permis de recueillir pas moins de 70 000 artéfacts, écofacts (ossements et restes végétaux) et vestiges couvrant toutes les périodes d’occupation du site qui s’échelonne sur une période de 350 ans.

Une conférence sera donnée en novembre prochain par le responsable des fouilles chez GAIA, Stéphane Noël, afin d’expliquer les premiers résultats obtenus aux citoyens.

Page 1 sur 14

Vos représentants :

M. Alain Lepage
Développement des affaires
581 986-4530
ou par courriel :
alepage@journal-local.ca

Ginette Demers
Développement des affaires
418 871-1274
ou par courriel :
gdemers@journal-local.ca


ou notre téléphoniste au :
418 780-0999


Formats, spécifications techniques, territoire de distribution et calendrier


Aller au haut