jsa 2018 10 article une

Le soleil et les sourires étaient au rendez-vous pour cette 7e édition du GCF, le 15 septembre dernier, et tous ont profité de ce merveilleux moment en famille et entre amis. Bravo à tous les participants et à l’organisation. L’activité a permis d’amasser 9 291,54 $ pour la paralysie cérébrale Fondation du CHU.

jdr 2018 10 article une

(DL) Les Loisirs Duberger-Les Saules ont tenu la 2e édition de leur Fête de la rentrée, le 9 septembre dernier, en collaboration avec de nombreux partenaires et commanditaires. Les activités se sont déroulées à divers endroits dans le secteur et ont attiré une belle foule.

Les citoyens avaient ainsi rendez-vous à l’intérieur et à l’extérieur du centre communautaire de Duberger, à la place éphémère La rassembleuse, au centre communautaire Elzéar-Turcotte, à la bibliothèque Jean-Baptiste-Duberger et à la caserne de pompiers no 5 Duberger-Les Saules pour profiter de diverses activités : maquillage, boîte à marionnettes, trou de mini-golf, visite de la caserne de pompiers, démonstrations de danse, dégustation de hot-dogs et rafraîchissements offerts gratuitement, etc.

Cette grande fête a été rendue possible grâce à la Table de concertation Duberger-Les Saules, la Ville de Québec (arrondissement des Rivières), Desjardins, la Bibliothèque de Québec, la caserne de pompiers no 5 Duberger-Les Saules, le Cercle de Fermières de Duberger, le Centre Ressources Jardin de Familles, le IGA Marché Denis, la Maison des jeunes L’Antidote, Rona matériaux Audet, le restaurant Valentine et le Projet pour l’enfance, j’y vais, j’avance.

jsf 2018 10 article une

(JB) Après une relocalisation en 2016, le Marché public de Sainte-Foy aura sa structure permanente et moderne, installée devant le stationnement, en bordure de l’avenue Roland-Beaudin. L’annonce a été faite par le maire de Québec, Régis Labeaume, entouré de Rémy Normand, président du conseil de l’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge et conseiller du district électoral du Plateau, Marie-Josée Savard, vice-présidente du conseil exécutif et conseillère du district de Cap-Rouge, Anne Corriveau, conseillère du district de la Pointe-de-Sainte-Foy, Pierre Samson, président du C.A. de la Coopérative du Marché public de Sainte-Foy et Isabelle Brodeur, coordonnatrice de la Coopérative.

Pour M. Labeaume, il était temps de doter cet espace dédié aux producteurs québécois d’une structure couverte et permanente. « Le Programme particulier d’urbanisme du plateau centre de Sainte-Foy prévoyait, en 2012, un aménagement de la sorte, aménagement très attendu par la Coopérative du Marché public. L’offre de marché saisonnier sera donc maintenue et grandement améliorée dans le pôle ouest de la ville. Avec le grand marché à ExpoCité, les citoyens auront accès à une offre alimentaire renouvelée mettant en valeur les produits et le savoir-faire d’ici. Aussi, les modifications seront faites par phase afin de conserver le marché public en activité en mai 2019. »

Pour M. Normand, « le secteur de la route de l’Église est en évolution accélérée et en transformation rapide. À cet égard, on suit de près – et étroitement – le Programme particulier d’urbanisme. Tout ce qu’on fait correspond à ce qu’on avait inscrit dans notre vision : la bibliothèque (Monique-Corriveau) qui a été complétée en 2013, le centre de glace et l’aréna en réfection, la transformation de la route de l’Église en artère conviviale, sans oublier le futur réseau structurant, qui améliorera l’accessibilité au site de façon importante. » Rémy Normand note également la densification du logement résidentiel. « Les nombreux projets immobiliers privés et tous ces éléments que nous avons évoqués démontrent qu’il est possible de favoriser une densification du territoire en préservant la qualité de vie à une échelle humaine, tout en mettant en valeur ce même territoire. »

Pour Mme Savard, « notre proposition s’appuie sur la volonté de la Ville d’offrir un marché saisonnier à la structure permanente et vitrée. Le marché sera lumineux et entouré de verdure. La qualité et la beauté du futur marché contribueront à son développement et à la vitalité du secteur en plein développement. »

Mentionnons enfin que, pour le marché aux puces, plusieurs hypothèses sont actuellement à l’étude.

 

jvb 2018 10 article une

(DL) Le Groupe Château Bellevue ouvrait ses portes à la population le dimanche 16 septembre dernier dans le cadre de sa journée portes ouvertes automnale. Pas moins de 1 000 personnes ont participé à l’activité qui se déroulait sous le thème « Wow! J’ai un beau château! ». Les futurs résidents et les membres du personnel de la résidence étaient présents pour accueillir les visiteurs.

Le millier de personnes qui a défilé de 13 h à 16 h a ainsi pu découvrir en primeur le complexe qui a ouvert officiellement ses portes le 1er octobre dernier. Elles ont ainsi pu avoir un aperçu de la vie de château grâce à une visite libre des aires de vie communes, de la salle à manger, ainsi que des différents services et loisirs offerts, en plus d’avoir accès à un appartement modèle. 

Les visiteurs ont aussi pu discuter avec les résidents et rencontrer les membres de la direction du complexe ainsi que les conseillères à la location, tout cela en savourant rafraîchissements et bouchées cuisinées par le chef cuisinier et son équipe. Une visite exclusive de la cuisine où seront concoctés les repas des résidents faisait également partie du programme de la journée.

On a aussi procédé au tirage d’un prix de présence. La gagnante, Rose-Hélène Lapointe, a mérité une tablette électronique.

À propos du Groupe Château Bellevue

Le Groupe Château Bellevue a été fondé en 2006 par les beaucerons Frédéric Lepage et Grégoire Turcotte. L’entreprise se spécialise dans la construction et l’opération de résidences pour personnes retraitées autonomes et en légère perte d’autonomie, en région et en périphérie des grands centres.

Le Groupe, dont le siège social se situe en Beauce, compte jusqu’à présent huit complexes pour retraités actifs au Québec : Donnacona, Saint-Nicolas, Thetford Mines, Pont-Rouge, Valleyfield, Val-Bélair, Amqui (été 2019) et Shawinigan (automne 2019).

jal 2018 10 article une

(DL) De nombreux citoyens ont répondu à l’invitation que leur a lancé la Ville de L’Ancienne-Lorette à venir participer à une marche familiale dans les sentiers boisés situés au coin des rues Napoléon et Notre-Dame, le samedi 15 septembre dernier. Une activité qui a plu à bon nombre de gens qui ont redécouvert ce sentier emprunté depuis de nombreuses années et qui a subi une cure de jeunesse.

Le sentier, qui sillonne à travers bois et enjambe la rivière Lorette, traverse quelques secteurs de la ville sur une distance de 1,5 km. Il est accessible aux deux extrémités, mais peut aussi être rejoint à partir des rues qu’il croise : Saint-Olivier, Émilien-Rochette, des Braves et Notre-Dame. La poussière de pierre compressée et le débroussaillage des abords du sentier agrémentent l’expérience et assurent une plus grande sécurité aux marcheurs, coureurs et cyclistes qui l’empruntent.

La rencontre a toutefois pris une tournure politique, puisque le sentier pourrait disparaître du paysage au profit du bitume si le projet de prolongement de l’autoroute 40 jusqu’à la municipalité de Saint-Augustin-de-Desmaures devait se réaliser tel qu’il a été présenté. De nombreuses figures politiques étaient présentes et ont pris la parole avant le début de la marche.

« Si le but ultime de cette marche est de fêter le réaménagement d’un sentier que les gens empruntent depuis toujours, nous devons quand même penser à une alternative durable au prolongement de l’autoroute 40 pour conserver ce magnifique espace vert qui verra probablement d’autres sentiers s’ajouter à celui existant », a commenté le conseiller municipal Gaétan Pageau.

Pour agrémenter la journée, des jeux gonflables avaient été installés sur le gazon, près de l’entrée du parc, en plus du maquillage et d’une aire de restauration avec hot-dogs, boissons gazeuses, jus et barbe à papa.

Des prix de présence ont aussi été attribués, entre autres par l’Association des gens d’affaires de L’Ancienne-Lorette et du boulevard Wilfrid-Hamel, qui était bien représentée sur le site. Diane Ricard a remporté l’ensemble patio bistro de Rona, Paul Charlebois, un manteau Impact, alors que Christophe Dumont, Linda Poulin, Louis-Philippe Lamarre, Anthony Gendron et Dave Gendron ont mérité une bicyclette, gracieuseté de Rona également.

Temps-Danse a 30 ans

L’école de danse Temps-Danse célèbre cette année ses 30 ans d’existence. Pour souligner cet anniversaire et faire connaître davantage ses services, l’école tenait un kiosque sur le site de la marche. De nombreuses troupes existent au sein de l’école, que ce soit pour les enfants, les adolescents ou les adultes, pour le plaisir, le fitness ou pour la compétition, dans de nombreux styles de danse et sous la supervision de professeurs passionnées et chevronnées. Pour informations, visitez le tempsdanse.org. ν

(DL) Les organisateurs de l’activité Maguire en fête peuvent dire qu’ils ont remporté leur pari : ils ont fait d’une fête de quartier un grand rassemblement festif où les familles de Sillery, mais aussi de toute la région de Québec, se plaisent à flâner et à se divertir. Le virage amorcé l’an dernier a porté fruit puisque l’activité a attiré entre 8 000 et 9 000 personnes sur la rue devenue piétonne pour l’occasion, le 25 août dernier.

jssf 10 2018 article une

La sixième édition de Maguire en fête était cette année présentée par la Caisse Desjardins Sillery–Saint-Louis-de-France. De 10 h à 18 h, petits et grands ont parcouru l’artère animée par divers kiosques, d’activités pour la famille et de découvertes gourmandes. 

« Nous avons décidé cette année de segmenter des portions de la rue et de créer des thèmes : zone familiale, zone santé et bien-être, zone musicale. Ça a été un véritable succès, commente Patrick Lemaire, directeur général de la SDC Maguire. De nombreuses activités étaient présentées en collaboration avec les Loisirs Saint-Sacrement et nous avons aussi eu la participation des animateurs du camp d’été et même d’élèves du Collège Jésus-Marie et du Séminaire des Pères Maristes, dont la fanfare, qui a défilé dans la rue. »

Les enfants ont profité des jeux gonflables, du maquillage, des jeux de kermesse, alors que les adultes ont pu bénéficier de judicieux conseils santé dans la zone dédiée à ce thème. Un espace réservé à l’allaitement avec table à langer a même été aménagé dans la zone. « Ce n’est pas toujours évident pour les jeunes familles de participer à ce genre d’activité extérieure et nous avons voulu être facilitants pour cette clientèle », poursuit M. Lemaire.

Une activité qui a beaucoup plu aux visiteurs a été le Duel des saveurs, présenté par Eventouch et au cours duquel neuf équipes composées de deux commerçants établis sur l’avenue Maguire ont créé des délices sucré-salé que les visiteurs ont pu goûter par la suite.

Mais le plus gros défi de Maguire en fête cette année a été d’animer la rue jusque tard en soirée, une première expérience qui a comblé les participants ainsi que les organisateurs. La musique a résonné sur la rue jusqu’à 23 h, au plus grand plaisir de tous. « Nous avons d’ailleurs déplacé la fête le samedi pour justement expérimenter cette nouvelle formule, puisque c’est congé pour plusieurs le lendemain », précise encore Patrick Lemaire, qui n’hésite pas à affirmer que l’activité est appelée à grandir au cours des prochaines années.

Ce dernier a tenu à remercier les précieux partenaires qui ont permis la tenue de la journée : Chartwell Domaine de Bordeaux, Stéphane Billette, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l’Allègement réglementaire et au Développement économique régional, la clinique chiropratique de la Dre Joëlle Malenfant, la clinique dentaire Maguire, Immostar, l’Institut Odette Chevalier, la Pizzéria NO. 900 et Roset.

(JB) Qui aurait imaginé voir Fondaction et le Conseil du patronat créer un partenariat? Les deux organisations ont accepté avec enthousiasme de participer à cette aventure parce qu’elles ont en commun la même volonté de créer et de maintenir des emplois dans les 17 régions administratives du Québec. La Corporation des parcs industriels de Québec n’aurait pu rêver une alliance plus riche en crédibilité.

jpi 09 2018 article une

Outre les trois partenaires fondateurs, le comité organisateur du prix Créateurs d’emplois du Québec 2018 a pu susciter l’intérêt d’organisations de prestige comme le Groupe Desgagnés, Investissement Québec et Lowe’s Canada, trois piliers de l’économie québécoise.

À cela s’ajoutent les partenaires associés que sont Aéroports de Montréal, Air Canada, Bombardier, Réseau Sélection, et l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Les partenaires prospérité sont l’Association de la construction du Québec (ACQ), les Casinos du Québec, Desjardins Entreprises Québec–Portneuf, Power Corporation du Canada, Drakkar & Associés, Énergir, la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, l’Office du tourisme de Québec, le Port de Montréal, STIQ Maillage industriel, l’Union des municipalités du Québec et la Ville de Québec.

Les partenaires fournisseurs sont Delta Hôtels Marriott Québec, Déry Résultats Marketing, Digipoint, CTL Recouvrement de créances, Groupe PolyAlto, Jobillico, LSM, Raymond Chabot Grant Thornton et Mallette.

Les partenaires médias sont TVA, le Journal de Montréal, le Journal de Québec, le Journal des parcs industriels et le journal Nouvelles Économiques.

Enfin, le partenaire institutionnel est le Gouvernement du Québec. Toutes ces organisations contribuent à la seconde édition d’un événement destiné à saluer les efforts des entrepreneurs de tout le Québec dans la création de richesse.

(DL) C’est dans une ambiance festive et décontractée que Journal.ca a reçu plus de 200 bénévoles membres des organismes situés sur son territoire, le mardi 21 août dernier, afin de leur rendre hommage et de saluer leur engagement et leur générosité dans la communauté.

ecr 09 2018 article une

Les membres de l’équipe de Journal.ca ont reçu les bénévoles au restaurant Le Tuscanos de Sainte-Foy en présence de nombreux élus municipaux, provinciaux et fédéraux, ainsi que de précieux partenaires d’affaires pour un cocktail suivi d’un souper concocté dans les cuisines de Demetre Triantafyllou et Ali Lariane, copropriétaires du restaurant.

Pour Pierre Cassivi, éditeur et cofondateur de Journal.ca, « une société sans bénévoles et sans entraide est une société dysfonctionnelle. C’est pour cette raison que les organismes communautaires sont essentiels pour assurer un tissu social cohérent dans la société où nous vivons. »

« Le travail des bénévoles est très important au sein d’une communauté. Les élus ont comme mandat également de faire un travail de proximité auprès de la population, ce qui nous amène à travailler souvent ensemble, les bénévoles et les élus. Les journaux de Journal.ca nous permettent d’observer ce qui se passe chez nous et c’est très réconfortant de pouvoir le faire tranquillement », a commenté Geneviève Guilbault, députée provinciale sortante de la circonscription de Louis-Hébert.

Pierre Cassivi a également profité de l’occasion pour remercier un associé de la première heure, le journaliste Yvon Giroux, pour souligner le travail exceptionnel réalisé au cours de la dernière année par Malika Schneider, également journaliste, ainsi que pour souhaiter la bienvenue à celle qui écrit ces lignes, et qui remplacera Malika au sein de l’équipe de rédaction de Journal.ca.

(DL) Le Piolet est un organisme communautaire qui propose de nombreux services aux jeunes de 16 à 35 ans qui éprouvent des difficultés dans leur vie personnelle ou professionnelle. L’objectif de l’organisme est d’améliorer la qualité de vie, le savoir-être et le savoir-faire professionnel de ces jeunes pour les aider à prendre leur place dans la société.

jdr 09 2019 article une 2
À l’arrière : David Boivin, directeur général du Piolet, André Maheux et Jean-Louis Duchesne du comité d’engagement de la Caisse, et Lorenzo Alberton, directeur adjoint du Piolet. À l’avant : Murielle Foucault et Suzanne Canac Marquis du comité d’engagement de la Caisse et Silvana Polacco, conseillère en développement économique.

 

Pour y arriver, Le Piolet se fait un devoir d’être à l’écoute des jeunes adultes et de la communauté tout en demeurant à l’affût de projets novateurs. Les différentes interventions mises de l’avant par l’organisme respectent des règles d’approche globale et de continuité des services.

Le restaurant Le Piolet est tout d’abord une entreprise d’insertion sociale qui œuvre dans le domaine de l’économie sociale en privilégiant l’insertion par l’action. L’objectif est de permettre à ces jeunes qui vivent une situation d’exclusion face au marché du travail d’acquérir des compétences techniques, personnelles et sociales en milieu de travail dans la restauration.

Milieu de vie

Le milieu de vie du Piolet est un service de première ligne qui accompagne des jeunes qui vivent des situations d’exclusion sociale et de marginalisation. Regrouper ces jeunes dans un tel lieu de rencontre permet de lutter contre la pauvreté et les risques d’itinérance auxquels ils s’exposent. Ceci permet aux jeunes de sortir de leur solitude et de leur isolement.

Hébergement transitoire

Les jeunes peuvent aussi profiter d’un service d’hébergement transitoire. En plus de profiter d’un lieu où se loger, ces personnes à faible ou modeste revenu sont accompagnées par des intervenants pour développer des comportements et des compétences qui leur permettront de mieux s’intégrer dans leur futur logement permanent.

Pour la Caisse populaire Desjardins Des Rivières de Québec, soutenir les projets du Piolet, c’est offrir des alternatives constructives pour aider les jeunes à prendre leur envol.

(DL) C’est maintenant officiel depuis le 26 août dernier, le parc situé près du calvaire du lac à Saint-Augustin-de-Desmaures porte le nom de parc des Augustines. La cérémonie protocolaire a eu lieu en présence d’élus municipaux et provinciaux, de résidents et de représentantes de cette communauté religieuse qui a marqué l’histoire de la municipalité par sa participation active à l’activité économique de l’époque.

jsa 09 2018 article une

Le parc des Augustines est situé à l’intersection du chemin de la Butte et du chemin du Lac, là où a été reconstruit le calvaire du lac Saint-Augustin en 2016. En 1747, c’était aussi à cet endroit que les Augustines avaient érigé le premier calvaire, elles qui ont été à la tête de la seigneurie pendant plus de 100 ans.

Bien au-delà de leur vocation et de leur devoir envers l’église, les Augustines ont été des pionnières en participant de manière très active à la vie commerciale, tout en poursuivant leur mission sociale et culturelle.

« Les Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec ont marqué l’histoire de Saint-Augustin-de-Desmaures. La présence de ce parc rappelle les 134 années de l’administration de seigneuresses sur leur territoire et confirme les liens historiques qui les unissent à la ville », a mentionné le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau.

Sœur Lise Tanguay, supérieure générale de la Fédération des Monastères des Augustines, a quant à elle loué l’initiative de la Ville. « N’oublions jamais que la croisée des chemins était pour nos ancêtres un lieu de rendez-vous dans les beaux comme dans les mauvais jours. Ainsi, quels que soient nos allégeances religieuses, un devoir de mémoire s’impose et c’est pour respecter leur mémoire et leur rendre hommage que l’inauguration du parc des Augustines et la réhabilitation du calvaire a lieu aujourd’hui. »

Les Augustines se sont installées en Nouvelle-France dans les années 1600 et y ont fondé le premier hôpital en Amérique du Nord. En tout, elles ont aussi fondé 12 monastères-hôpitaux et ont jeté les bases du système de santé actuellement en vigueur au Québec.

Page 2 sur 9

Vos représentants :

M. Alain Lepage
Développement des affaires
581 986-4530
ou par courriel :
alepage@journal-local.ca

Ginette Demers
Développement des affaires
418 871-1274
ou par courriel :
gdemers@journal-local.ca


ou notre téléphoniste au :
418 780-0999


Formats, spécifications techniques, territoire de distribution et calendrier


Aller au haut