Le Journal de Sainte-Foy

Le Journal de Sainte-Foy

La cour d’école de Cœur-Vaillant-Campanile a connu récemment une véritable métamorphose. Le Journal de Sainte-Foy a assisté à l’inauguration de la phase II d’un projet qui en comprend trois. Ce vaste chantier a été entamé par
M. Simon Germain et complété par Mme Valérie Gauthier, directrice adjointe de l’école.

jsf 10 2017 article une

« Nous avons commencé notre projet par un plan de verdissement. Nous avons planté une centaine d’arbres sur le terrain de l’école. Ensuite, ça a été au tour des modules de jeu, qui ont été installés il y a une semaine et dont on fait l’inauguration officielle aujourd’hui. Enfin, nous lançons la campagne de financement pour la phase III, un terrain de soccer synthétique, dont l’objectif est de 200 000 $. Présentement, nous avons accumulé la moitié de cette somme. Nous comptons avoir atteint notre objectif en septembre 2019. Si on réussit à l’attendre avant, c’est tant mieux! Nous sommes également à la recherche de donateurs généreux », explique
Mme Michelle Frenette, enseignante en troisième année à l’école Cœur-Vaillant-Campanile.

Présente à l’événement, Mme Ihssane El Ghernati, attachée politique au bureau provincial de la circonscription de Louis-Hébert, a rappelé les nombreuses contributions de M. Sam Hamad à l’école Cœur-Vaillant-Campanile lorsqu’il était en poste. « Pour M. Hamad, l’éducation a toujours été une priorité », nous a-t-elle confié.

Avant la coupure du ruban, quelques intervenants ont pris la parole, dont M. Alain Fortier, président de la Commission scolaire des Découvreurs et président de la Fédération des commissions scolaires du Québec. « Ces installations, qui permettront aux enfants de jouer entre les périodes de classes, sont très appréciées, tant du côté des élèves que des enseignants et des parents. Je tiens à saluer la présence de M. Sébastien Proulx, que je considère comme un Découvreur. Vous serez toujours chez vous ici ».

Pour sa part, le député de Jean-Talon et ministre Sébastien Proulx n’a pas caché son plaisir de voir ces modules de jeux aux couleurs vives. « Bravo pour ce beau projet! C’est avec des réalisations comme celles-ci qu’on rend les cours d’école agréables à vivre. Comme père de famille, je suis à même de constater que ce genre d’amélioration amène les jeunes à mieux apprécier le milieu dans lequel ils reçoivent une formation qui va leur durer toute la vie ».

Mme Anne Corriveau, conseillère de district de la Pointe-de-Sainte-Foy a déclaré : « La Ville de Québec a à cœur la réussite des enfants. À ce titre, elle a accordé 40 000 $ pour ce projet. Aussi, j’aimerais saluer le travail des enseignants et des enseignantes auprès des élèves. Pour moi, le secret de la réussite des élèves repose sur la communication entre l’école et les parents ».

(JB) Grâce à une subvention de plus de 41 000 $ dans le cadre du programme Emplois d’été Canada, 18 étudiants ont eu la chance d’intégrer l’équipe du Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) – Université Laval pour la période estivale.

jsf 09 2017 article une

L’objectif de ce programme est de permettre à des étudiants d’acquérir de l’expérience de travail dans leur domaine d’études. Ils ont ainsi pu compter sur l’expertise des chercheurs, en plus d’avoir accès à de l’équipement à la fine pointe de la technologie. Le programme Emplois d’été Canada accorde du financement pour aider les organismes sans but lucratif, les employeurs du secteur public et les petites entreprises à créer des possibilités d’emplois d’été pour les étudiants de 15 à 30 ans.

(JB) Le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, M. Sébastien Proulx, a récemment annoncé qu’une somme de 3 millions de dollars était octroyée pour la réalisation de 148 projets d’embellissement de cours d’école. Parmi celles-ci, trois écoles sont situées sur le territoire de la Commission scolaire des Découvreurs. En effet, l’école Cœur-Vaillant-Campanile a obtenu une somme de 25 000 $ destinée à l’installation de modules de jeux et de lignage au sol.

jsf 08 2017 article une

Quant à elle, l’école d’éducation internationale Filteau a reçu un montant de 20 453 $ pour la réfection de surfaces et l’installation de mobilier urbain avec plantation d’arbres. De plus, le pavillon Marie-Victorin de l’école secondaire De Rochebelle pourra aménager un terrain de volleyball de plage ainsi qu’un terrain de basketball, au coût de 25 000 $.

(JB) Il y avait de l’électricité dans l’air en ce jour de visite à l’école Saint-Vincent, une institution d’enseignement primaire de langue anglaise située dans l’arrondissement de Sainte-Foy. De jeunes membres du club de robotique de l’école ont présenté leurs trouvailles et on peut affirmer, hors de tout doute, que l’imagination était au rendez-vous.

JSF 06 2017 article une

« L’aventure a commencé en novembre 2016 lors d’une séance d’information tenue auprès d’élèves de la troisième à la sixième année », explique M. Cédric Ferland, enseignant. « À la suite de la séance d’info, 80 jeunes se sont inscrits et ont travaillé sur leurs projets. Lors de la compétition, deux équipes se sont classées au national », poursuit-il.

« C’est la première fois que l’école Saint-Vincent fait appel à la Caisse Desjardins de Sainte-Foy pour obtenir de l’aide financière. C’est Cédric qui a proposé la demande », affirme Micheline Gagné, directrice de l’école.

« Il nous fallait des robots et des pièces électriques pour mener le projet à bien. Comme je savais que la Caisse Desjardins de Sainte-Foy offrait de l’aide financière dans le cadre du Fonds d’aide au développement du milieu, j’ai fait la demande et elle a été acceptée », poursuit M. Ferland.

Au travail de programmation, ardu et nécessitant une longue période, s’ajoutait l’originalité du projet pour susciter l’intérêt des juges.

Le projet Magnolia

C’est la ville du futur, du moins celle imaginée par Laurie, Éva et Judy. On remarque qu’il faut un passeport pour entrer dans la ville. La circulation est réglée par des robots et l’un d’entre eux, qui peut se déplacer sur 360 degrés, est en mesure d’arrêter les malfaiteurs. Le terrain de stationnement est une immense tour dans laquelle les véhicules sont acheminés vers leur espace de stationnement par l’entremise d’un ascenseur.

Du tourisme durable

Explorer le territoire au moyen d’un véhicule programmé pour réagir à toute éventualité, voilà le projet piloté par Alexis et Mathieu, des élèves de sixième année qui ont remporté le prix du tournoi provincial. Le véhicule peut se mouvoir, contourner les obstacles, identifier des dangers. Ce sont des opérations qui ont nécessité des heures de planification.

Steampunk

Dans ce projet, on se lance dans un jeu de rôle. Ici, l’accent a été mis sur les vêtements futuristes, dont une fusée qui peut faire voler sa passagère afin d’assurer son déplacement. Cette dernière est coiffée d’un chapeau qui aurait des vertus technologiques dépassant les cadres du réel. Ce projet a valu à Charles, Daniel, Maëlie, Angélique et Annabelle, élèves de 3e année, le premier prix au tournoi national.

(JB) L’année 2016 en aura été une année importante, tant au sein de la Caisse Desjardins de Sainte-Foy que pour Desjardins lui-même avec l’élection de M. Guy Cormier à titre de président du Mouvement Desjardins.

jsf 05 2017 article une

Pour M. Louis Babineau, président du conseil d’administration, l’élection de M. Cormier est accueillie comme un vent de fraîcheur en raison des qualités mobilisatrices de ce dernier. « Déjà, le plus jeune président de l’histoire du Mouvement a su mobiliser les employés et les dirigeants autour de ses orientations. La principale consiste à aligner notre mouvement sur sa raison d’être, soit enrichir la vie des personnes et des communautés en contribuant de manière significative à une économie durable. » À titre d’exemple, M. Babineau mentionne le nouveau fonds de développement de 100 M$ mis en place pour soutenir les projets d’entrepreneuriat, de développement, ainsi que d’innovation économique et sociale dans les régions. « Il s’agira d’un fonds complémentaire au Fonds d’aide au développement du milieu des Caisses et aux actions de capital régional et coopératif Desjardins. »

La Caisse Desjardins de Sainte-Foy en chiffres

Pour l’année 2016, la Caisse Desjardins de Sainte-Foy a enregistré des excédents d’exploitation de 8,8 M$. « Ces résultats sont un indicateur de saine gestion des affaires de la Caisse, continue M. Babineau. Cette performance nous encourage à poursuivre nos efforts pour vous offrir des services et des solutions répondant toujours mieux à vos attentes. »

De cet excédent, la Caisse a redistribué 1 180 404 $ l’an dernier à nos membres et à la collectivité afin d’appuyer des projets stimulants. De cette somme, 230 723 $ proviennent du Fonds d’aide au développement du milieu (FADM), une ristourne collective votée par les membres.

L’accessibilité aux produits et services

« Aucun effort n’est ménagé pour que Desjardins soit votre institution financière par excellence, explique M. Jacques Laurin, directeur général de la Caisse Desjardins de Sainte-Foy. Un des moyens d’y parvenir est d’offrir à nos membres toute l’information nécessaire pour leur prise en charge financière, mais aussi pour bien comprendre les orientations les produits et services de la Caisse. En 2016, en plus de nos activités et conférences, nous avons tenu des soirées d’information avec les membres touchés par l’évolution du Centre de services Faubourg Laudance. Nous nous sommes fait un devoir de les informer sur ce qui a motivé nos décisions, sur les étapes à franchir et, particulièrement, sur les mesures atténuantes. Nous tenons à remercier nos membres pour leur compréhension dans ce dossier. »

Un volume d’affaires sous gestion

Pour 2016, le volume d’affaires sous gestion a été de 3,4 G$, soit une hausse de 9,7 % par rapport à 2015. « L’actif de votre coopérative financière s’établit à 1,54 G$, une hausse de 5,3 % par rapport à l’an passé. Les prêts aux particuliers et aux entreprises s’établissent à 1,31 G$, en augmentation de 4,6 % », poursuit M. Laurin.

État du résultat

L’excédent de 8,8 M$ du dernier exercice représente une hausse de 11,9 % par rapport à l’année précédente.

Le revenu d’intérêt totalise 42,2 M$, une diminution de 2,8 % par rapport à l’an passé et les frais d’intérêt ont diminué de 5,9 % pour se situer à 16,3 M$. Les pertes sur créances ont été de 819 000 $ soit 0,06 % de l’ensemble du portefeuille de prêts consentis aux membres particuliers et entreprises.

Les autres revenus provenant, en majeure partie, de la distribution de produits et services des composantes Desjardins, ils totalisent 9,6 M$, en hausse de 5,1 % par rapport à l’année dernière. Les autres frais ont connu une baisse modérée dans l’ensemble, soit une diminution de 4,4 %, pour atteindre 25,8 M$.

Cette année, la Caisse Desjardins de Sainte-Foy propose le versement d’une ristourne de 662 571 $ et d’un montant de 292 800 $ au FADM.

La contribution du membre au développement du milieu

« En 2016, grâce aux Fonds d’aide au développement du milieu et au programme de dons et commandites, la Caisse a retourné près de 325 000 $ dans notre communauté en appuyant plus de 100 projets inspirants et différentes initiatives mobilisatrices pour le milieu », affirme Mme Marie-Josée Pelletier, administratrice et présidente du comité FADM. 150 000 $ ont été remis lors de la sixième édition du gala de remise du FADM. 75 000 $ ont été remis à dix lauréats et, lors de la septième édition, 75 000 $ ont été remis à neuf lauréats lors de la Semaine de la Coopération.

À titre d’exemple, Mme Pelletier mentionne le Salon du communautaire où la Caisse a offert aux participants le repas du midi et a partagé les résultats d’une analyse sociocommunautaire et philanthropique du territoire couvert par la Caisse Desjardins de Sainte-Foy. « Cette démarche visait aussi à rehausser notre contribution à la prospérité durable des organismes et associations communautaires de notre collectivité. Dans cette optique, nous avons consulté 166 organismes de notre territoire sur nos orientations et les critères soutenant les sommes que nous redonnons dans notre collectivité », conclut Marie-Josée Pelletier.

(YG) Pour sa 3e édition tenue récemment, la Simulation francophone des Nations Unies à l’Université Laval (SIFNUUL) a confirmé sa croissance rapide, avec près de 70 délégués, soit plus du double que ceux des années antérieures. Les délégués provenaient de presque toutes les facultés de l’Université Laval, de même que de l’Université de Montréal et de l’Université du Québec à Montréal. L’événement prend durablement ses racines à l’Université Laval, comme l’a affirmé le vice-recteur adjoint à la qualité de la formation et appui à la réussite, M. François Pothier, lors de l’ouverture des travaux : « La Simulation francophone des Nations Unies est devenue indispensable dans notre paysage universitaire ». 

jsf 04 2017 article une

Le comité organisateur (composé de 
20 personnes, toutes bénévoles), avec à sa tête Thierry Kininga, a contribué à la préparation des délégués, grâce à des formations en droit de la personne, notamment sur les droits de l’enfant, la négociation, la communication, les relations internationales ainsi que sur les règles et procédures qui guident le déroulement de la Simulation. Toutes ces formations ont été en lien avec le thème annuel L’enfant face à la lutte contre le terrorisme et la radicalisation. Pour ce faire, des professeurs de l’Université Laval et des diplomates en résidence de l’Institut des hautes études internationales ont été mis à contribution pour la préparation des délégués. La nouvelle formule de la cérémonie d’ouverture a réuni délégués, représentants de l’administration de l’Université Laval, professeurs, représentant du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec, ainsi que des représentants politiques, tant du fédéral que du provincial.

Votre représentante :

Ginette Demers
Développement des affaires
418 871-1274
ou par courriel :
gdemers@journal-local.ca


Formats et spécifications techniques

Territoire de distribution et calendrier


Aller au haut