Le Journal de Val-Bélair

Le Journal de Val-Bélair

Le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, M. Guy Cormier, était en visite à Québec en septembre dernier, notamment du côté de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, où il a animé un déjeuner-causerie devant une salle comble du Château Frontenac.

jvb 11 2017 article une

Toutefois, avant de remplir ses engagements publics, c’est à la Caisse populaire Desjardins du Piémont Laurentien que le président a fait un arrêt, afin de rencontrer l’ensemble des employés, réunis pour l’occasion à leur place d’affaires de Val-Bélair. En toute simplicité, dans une atmosphère décontractée et agréable, cette rencontre entre un président visionnaire inspirant et des employés passionnés a laissé place à des échanges fort enrichissants. Ce fut entre autres l’occasion de parler des forces et défis du Mouvement Desjardins, le plus grand groupe financier coopératif au Canada. Le président en a également profité pour souligner l’excellence du service offert par la Caisse populaire Desjardins du Piémont Laurentien, un service hors pair qui s’appuie sur la grande expertise et l’engagement soutenu de ses employés.

(MS) L’école de la Myriade, sur la rue Etna à Val-Bélair a ouvert officiellement ses portes à ses élèves le 25 août dernier afin de leur faire découvrir leur tout nouvel environnement pour la ou les prochaines années. Annie Lestage, directrice de l’école de la Myriade était très enthousiaste de les accueillir avant le coup d’envoi officiel de la rentrée scolaire. 

jvb 10 2017 article une

Nouvelles installations, équipements neufs, livres neufs et enseignants et personnel motivés étaient au rendez-vous lors de cet après-midi découverte pour les jeunes accompagnés de leurs parents respectifs. Lors de la rentrée officielle, le 29 août dernier, la directrice de l’école a accueilli ses 380 premiers élèves.

Quelques jours avant la rentrée scolaire, lors de la visite officielle avec les jeunes élèves, ces derniers ont foulé le tapis rouge et ont pu enfin découvrir leur école en participant à un rallye. Jeux gonflables, musique, hot-dogs et gâteaux étaient au rendez-vous.

Une rentrée progressive

Les enseignants ont intégré le nouvel établissement quelques jours seulement avant le début de la rentrée des classes, soit le 23 août dernier. Selon leur directrice, ils ont eu le temps de prendre place au sein de leurs classes respectives pour accueillir adéquatement les élèves dès le jour J, et cela a été le cas.

Chaque classe a sa propre disposition et sa propre couleur représentant le dégradé du logo de l’établissement. Les enseignants ont pu créer leur classe en plaçant les chaises et les tables des enfants de la manière dont ils le souhaitaient. La directrice de l’école se dit choyée d’avoir accès à du matériel 100 % neuf. Elle soutient d’ailleurs que c’est une opportunité en or dans une carrière comme la sienne. « Ça n’arrive qu’une seule fois », a-t-elle mentionné lors de la visite officielle de l’établissement. 

Deux locaux de services de garde sont disponibles pour les élèves de l’école de la Myriade afin qu’ils puissent dîner le midi et également rester sur place après la fin des cours. Actuellement, 260 enfants sont inscrits au service de garde pour le dîner sur les 380 élèves inscrits.

« Le fait que ce soit une école neuve, [les personnes ressources] prévoient les rangements déjà intégrés, ce ne sont pas des meubles qui sont ajoutés ou achetés. Des fois, on doit en ajouter », précise la directrice de l’école.

L’origine du nom de la Myriade

Un comité formé de cinq représentants des écoles du secteur de Val-Bélair s’est réuni afin de trouver un nom pour le nouvel établissement. Une cinquantaine de suggestions ont été recueillies en provenance de la communauté pour finalement arrêter sa recommandation sur le nom d’école de la Myriade, soumis par Maggie Tremblay, enseignante à l’école L’Odysée. « Le mot myriade évoque la quantité. À l’image d’une constellation, d’une myriade de couleurs, l’école primaire offre une multitude de possibilités pour l’avenir de ses élèves, une myriade d’expériences, une myriade d’opportunités d’apprentissage », précise la Commission scolaire de la Capitale. 

Une œuvre d’art : symbole de l’école

À l’extérieur de l’établissement, l’école a installé l’œuvre « Suivre son cours », réalisée par le duo d’artistes Cooke-Sasseville. Elle représente un pissenlit, un crayon de plomb et un collier de serrage en plastique. Ces trois éléments représentent un message important pour les élèves et les parents. En effet, le crayon devient le tuteur d’une fleur sur le point de disséminer ses aigrettes en raison du vent qui souffle. Cela réfère au fait que l’école soutient le développement des jeunes de manière proactive. Une autre œuvre d’art sera intégrée à l’intérieur de l’école dans les prochains mois. 

Un projet d’envergure à Val-Bélair

Le début des travaux de l’établissement avait débuté en septembre 2016 afin d’en ouvrir officiellement les portes en septembre 2017. Un an et 13 M$ plus tard, l’établissement accueille 380 élèves allant de la maternelle à la sixième année. Les installations neuves sont adaptées à tous les besoins et nécessités des élèves de nos jours. Plusieurs classes sont munies d’outils technologiques comme un tableau blanc interactif. 

D’une superficie de 4 460 m2, l’établissement a une capacité d’accueil totale de 21 classes pour 505 élèves.

(MS) Gérard Deltell, député de Louis-Saint-Laurent, a participé le 10 juin dernier à l’activité de canotage familial, présenté par le Club Optimiste de Loretteville. Il s’agit d’une journée d’initiative au canoë avec le concours de Canots Légaré.

JVB 09 2017 article une

(MS) Pour la toute première fois, 15 jeunes coopérants de Val-Bélair peuvent travailler grâce à la CJS de Val-Bélair. À l'aide de l'instigatrice de ce projet, Christine Pilote, depuis le 9 juillet dernier, les jeunes coopérants effectuent plusieurs travaux au sein de la communauté, et ce, jusqu’au 15 août prochain. 

jvb 08 2017 article une

Les coopérants effectuent toutes sortes de services pour les habitants de Val-Bélair, qui souhaitent profiter d’une main-d’œuvre à moindre coût pour diverses choses : tonte de pelouse, ratissage des sols, nettoyage des fenêtres, service de peinture, l’aide aux personnes âgées et service de jardinage font partie des nombreux services offerts par les coopérants. 

Deux animatrices soutiennent les jeunes dans leur démarche tout au long de leur été. « Chaque jeune a ses forces et ses faiblesses pour pouvoir aider la communauté. On doit être capable de fournir les contrats au sein de la communauté en considérant ces facteurs », précise Camille Roy, étudiante à la maîtrise en orientation à l’Université Laval et animatrice pour la CJS de Val-Bélair.

Une motivation exemplaire

Camille Roy et Marie-Philippe St-Pierre Lavoie, pour sa part étudiante en administration à l’Université Laval, sont toutes deux responsables des 15 coopérants.

« Je suis vraiment à l’aise. J’adore vraiment le projet. Je ne pensais pas que les jeunes allaient être autant impliqués. C’est vraiment le fun de vivre avec cette motivation de la part des jeunes », précise Camille Roy, pour sa toute première expérience au sein d’une CJS. 

Elles conviennent toutes les deux que l’enthousiasme des jeunes à vouloir travailler au sein de la CJS représente une véritable motivation pour elles-mêmes. 

Une première édition positive

 « Pour la première édition de la CJS de Val-Bélair, ça débute bien. Ce sont des jeunes motivés qui font du porte-à-porte. Ils sont très dévoués. Ils font de l’autofinancement avec le ramassage de canettes ou encore le lave-auto », précise Camille Roy. 

Jusqu’à présent, les jeunes coopérants ont effectué près de 14 contrats depuis le lancement officiel des activités de la CJS, notamment chez Éric Caire, député de La Peltrie. 

Les deux animatrices invitent les citoyens de Val-Bélair à faire appel à leurs jeunes coopérants, plus motivés que jamais. Pour ceux qui le désirent, les jeunes récupèrent des canettes afin de les amener au recyclage. Il est donc possible d’apporter les canettes directement à leur bureau au : 1099, rue de l’Innovation.

Camille Roy et Marie-Philippe St-Pierre Lavoie tiennent à remercier les nombreux acteurs du projet qui s’impliquent sans aucune peur dans ce projet auprès des coopérants.

(MS) À l’Académie Saint-Louis, les clubs optimistes de la grande région de Québec présentaient le 6 mai dernier, un Gala régional Mini-Stars lequel proposait 17 prestations de jeunes, âgées de 7 à 12 ans, qui se sont déjà illustrés lors du gala de chacun des clubs.

JVB 06 2017 article une

Le duo Marilou St-Pierre, 10 ans, et Arielle Major, 10 ans, du club Optimiste de Val-Bélair ont offert toute une prestation dans la catégorie danse. 

Cette année, le club Optimiste de Neufchâtel avait de nouveau reçu le mandat d’organiser l’événement sous la direction de Claude Tremblay, entouré d’une équipe aguerrie.

Plus de 150 personnes, parents et amis, ont assisté à ce gala qui était animé par Naomie Turcotte, une jeune artiste de la relève, à peine âgée de quatorze ans, qui maîtrise l’art de l’animation et du chant. 

Lors de la cérémonie, Berthier Dolbec avait accepté la tâche de maître de cérémonie et a dirigé le tout impeccablement, en complicité avec son copain Claude Tremblay, le maître derrière les rideaux. 

Une soirée toute en couleur

Dès 19 h, neuf prestations se sont succédé, chacune se méritant des applaudissements nourris par le public présent. Après un bref entracte, sept autres prestations se sont enchaînées jusqu’à 20 h 45. Pendant la mise en place des reconnaissances, voilà que l’animatrice vient surprendre l’assistance en lui offrant généreusement trois magnifiques prestations de chant de son répertoire. Elle a reçu, sans surprise, une ovation digne des grands interprètes. Que de talents. Le retrait des rideaux laissait entrevoir une table garnie de reconnaissances. 

Les dignitaires et les jeunes artistes ont été invités sur la tribune. Le responsable de la soirée, Claude Tremblay, a procédé à l’appel de chacun des jeunes amis. À tour de rôle, les dignitaires ont remis à chaque enfant un certificat de mérite ainsi qu’un chèque-cadeau, gracieuseté de chacun des clubs. Pour commémorer l’événement, tous les artistes sont conviés à une photo de groupe.

Pour terminer la soirée, le président du club Optimiste de Neufchâtel, Simon Brouard, a tenu à féliciter et à remercier les jeunes artistes, les parents, les représentants des clubs qui ont supporté et encouragé les jeunes artistes, les dignitaires présents, l’animatrice Naomie Turcotte, le maître de cérémonie Berthier Dolbec, le technicien au son Denis René et, particulièrement Claude Tremblay qui a mené de mains de maître toutes les étapes de son mandat et la formidable équipe de bénévoles qu’il a recrutés et qui a fourni un soutien exceptionnel.

Monsieur Brouard a tenu à féliciter les clubs Optimistes de Lac-Saint-Charles, de Val-Bélair, de Cap-Santé, de Saint-Émile, de Neufchâtel, de L’Ancienne-Lorette et de Charlesbourg pour la valorisation des talents de ces jeunes vedettes de demain.

(YG) « C’est avec une immense fierté que nous annonçons la venue d’un complexe pour retraités actifs à Val-Bélair », déclare le copropriétaire et PDG de Groupe Château Bellevue, M. Frédéric Lepage, lors de son point de presse. Le jeune PDG, qui rencontrait également les citoyens aînés pour présenter le projet, explique qu’une étude de marché a été produite et qu’elle « démontre hors de tout doute une demande croissante pour nos types de services dans la région. »

JVB 05 2017 article une

« Je félicite les propriétaires de Groupe Château Bellevue pour la réalisation de cet important investissement au Carrefour de la Bravoure, un investissement de qualité qui offrira à nos aînés une sécurité et une quiétude bien méritées », a déclaré le député de La Peltrie, M. Éric Caire.

Les travaux de construction du complexe pour retraités viennent de débuter sur la rue de l’Interlude. Le projet de 65 M$, comptera au total 300 unités de type 2½, 3½, 4½ et 5½ disponibles pour les aînés de la région à l’automne 2018.

Érigé sur 10 étages, le complexe aura sa marque de commerce : la salle à manger au dernier étage avec vue panoramique sur les alentours. M. Lepage explique : « Chez Groupe Château Bellevue, nous sommes d’avis que nos aînés méritent d’être au sommet de nos priorités et de régner sur leur communauté. »

L’ensemble du projet créera une cinquantaine d’emplois locaux, dont une trentaine permanents au point de vue des opérations. Le projet vise une clientèle de retraités autonomes et en légère perte d’autonomie. Comme dans chaque château, celui de Val-Bélair aura, dans sa première phase, une section unité de soins procurant des soins spécifiques 24/7 pour les gens en perte d’autonomie.

Les résidents bénéficieront entre autres de l’accès à une piscine et un spa intérieurs, un gymnase, une salle de billard, une salle d’artisanat, une terrasse sur le toit ainsi qu’un sentier de promenade.

Selon les plus récents relevés de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), au Québec, la croissance de la population des 75 ans et plus est sur le point de s’accélérer. Ainsi, d’ici 15 ans, les Québécois âgés de 75 ans et plus représenteront 60 % de la croissance de la demande locative.

Votre représentante :

Mme Sylvie Charest
Développement des affaires
418 254-4367
ou par courriel :
scharest@journal-local.ca
ou notre téléphoniste au :
418 780-0999


Formats et spécifications techniques

Territoire de distribution et calendrier


Aller au haut