Le Journal des Parcs industriels

Le Journal des Parcs industriels

38 lauréats Créateurs d’emplois à la grandeur du Québec ont été honorés au Centre des congrès de Québec le 15 octobre dernier.

jpi 10 2019 article une

La réunion des organisateurs et des partenaires sans qui rien ne serait possible. Une belle démonstration de la force économique du Québec, et ce, dans un événement se déroulant dans la Capitale-Nationale. 

(YG) Il y a quelques années, il était reconnu que l’ensemble des zones et parcs industriels de la région de Québec représentait plus de 3 000 entreprises, générait 58 000 emplois et versait 76 M$ en taxation à la seule ville de Québec. Inutile de dire que ces chiffres n’ont pu que gonfler au cours des dernières années compte tenu de l’excellente performance connue par notre région, qui est pratiquement en situation de plein emploi. 

jpi 09 2019 article une

Pour le président de la Corporation des parcs industriels du Québec (CPIDQ), M. Pierre Dolbec, cela représente un moteur économique important pour la région de Québec, qu'il qualifie même de poumon donnant de l’air à la région.

(JB) Cette quinzième édition de la Classique de golf inter-parcs industriels aura été, somme toute, à l’image des précédentes : un événement encore à guichets fermés. Les hommes et les femmes qui évoluent dans une sphère aussi accaparante que celle de l'entrepreneuriat aiment prendre quelques heures de répit pour aller se délasser. Une activité comme le golf s'avère un antidote parfait contre le stress, tout en permettant aux golfeurs et aux golfeuses de socialiser et d'entetenir des bonnes relations avec les autres personnes évoluant dans la sphère industrielle.

jpi 06 2019 article une

Au fil des ans, cette Classique de golf inter-parcs industriels est devenue une référence en matière de réseautage entre les industriels des parcs de la grande région de Québec. Et, une fois de plus, l’ambiance était décontractée. 

Un président d’honneur fortement engagé

La présidence d’honneur a été confiée à Martin Simard, responsable du développement des affaires pour le compte de Lam-é. Il a lancé l’idée d’organiser une immense collecte en faveur de la Fondation de la Société canadienne de la sclérose en plaques. Des épinglettes, entre autres, étaient vendues au profit de la Fondation. Golfeurs et golfeuses ont salué chaleureusement ce geste altruiste.

La prochaine édition de la Classique inter-parcs industriels aura lieu le mardi 9 juin 2020 au Club de golf Royal Charbourg et la présidence d’honneur de l’événement a été confiée à Éric Thomassin-Lacroix, directeur principal — Est-du-Québec chez SNC Lavalin.

(JB) Les 29 zones et parcs industriels dans les villes de Québec et de Saint-Augustin-de-Desmaures ne font pas souvent les manchettes. Pourtant, ils sont d’importants créateurs de richesse pour toute la société québécoise.

jpi 04 2019 article une

Prenons le salaire de chaque employé de ces entreprises. Cet argent permet à des milliers de familles de vivre décemment. Pour ces travailleurs et travailleuses, le travail n’est pas seulement une question monétaire, mais une façon de se réaliser personnellement et d’entretenir un sentiment d’appartenance envers toute une communauté.

Ces hommes et ces femmes au travail sont aussi des contribuables puisqu’ils paient des impôts, les deux taxes de vente et, directement ou non, les taxes municipales et scolaires. Imaginez l’apport économique de ces quelque 58 000 personnes sur l’économie d’une région! Chaque zone ou parc industriel a sa personnalité propre. Certains sont axés sur l’industrie, d’autres sur les affaires, les services et la recherche.

Dans les pages qui suivent, nous vous présentons une force économique qui reste encore mal connue de la population. Les parcs industriels dans les villes de Québec et de Saint-Augustin-de-Desmaures méritent qu’on leur accorde une importance particulière dans le panorama économique de notre société. 

(JB) Avec près de 60 000 emplois, les zones et les parcs industriels de la grande région de Québec ne peuvent passer inaperçus. Pourtant, peu de gens savent que ces lieux sont de véritables pépinières de talent et de production.

jpi 03 2019 article une

Pour faciliter les communications entre les entreprises de chaque parc industriel, la Corporation des parcs industriels.Québec a décidé de nommer une personne-ressource que l’on appelle gouverneur. Sa mission est de recueillir les commentaires des entrepreneurs et en faire part à la Corporation lors de rencontres auxquelles tous les gouverneurs sont conviés.

Dans les pages qui suivent, nous brossons le portrait des zones et parcs industriels de la grande région de Québec. Vous aurez également l’occasion de découvrir des statistiques intéressantes sur ces derniers comme, entre autres, le nombre d’entreprises qu’ils accueillent et le nombre d'emplois qu’ils engendrent.

Bonne lecture!

(JB) Les gouverneurs de la CPIQ, ainsi que les partenaires de l’organisation ont rencontré le maire de Québec, M. Régis Labeaume, dans les locaux de Desjardins – Entreprises Québec-Portneuf. Notre hôte était M. Dominick Roy, directeur de l’organisation.

JPI 10 2018 article une

Le président de la CPIQ, M. Pierre Dolbec, a commencé la rencontre en dressant le bilan de la dernière année, en énumérant les progrès effectués en matière de transport en commun, de fiscalité (la parité d’augmentation de taxes des entreprises avec celles du secteur résidentiel) et de la sécurité dans les parcs. Il a d’ailleurs annoncé à M. Labeaume que le CPIQ aurait une rencontre cet automne avec le Service de police de la Ville de Québec, initiative qui a été saluée par le maire.

Pour Régis Labeaume, la priorité des actions entreprises pour maintenir la situation économique déjà enviable de Québec doit absolument passer par le recrutement de la main-d’œuvre. « Depuis quelques semaines, je parle de main-d’œuvre sur toutes les tribunes. Pour passer le message, j’ai besoin de l’aide des gens d’affaires œuvrant dans tous les domaines. On parle d’intégration et je peux vous dire qu’en France, il y a des milliers de chercheurs d’emplois vivant dans des régions où le travail est rare. Même chose pour la Belgique. Bientôt, je visiterai six villes françaises où vivent des gens qui ont le goût de s’établir au Québec. Le problème c’est que tout va bien jusqu’à ce qu’ils arrivent ici parce que ça bloque. Les deux paliers de gouvernement ne changent pas les lois pour faciliter leur entrée au pays et, si vous voulez que ça change, il faut que vous fassiez quelque chose. À Québec, notre principal problème, c’est la main-d’œuvre et nous pouvons avoir une main-d’œuvre francophone demain matin. J’ai des contacts avec des maires de villes françaises où le taux de chômage s’élève à 20-25 % et il y a des gens qui sont prêts à venir s’installer à Québec avec leur famille. Mais il faut leur faciliter les choses et les débarrasser de la paperasse inutile qui les attend à leur arrivée au pays. »

Une invitation à se mobiliser

Le maire de Québec a incité les associations de gens d’affaires à faire bloc pour attaquer le problème de manque de main-d’œuvre. « Toutes les associations économiques, patronales et autres doivent embarquer dans ce projet afin de créer un effet d’entraînement qui pourra faire changer les choses. Une organisation comme la Chambre de commerce et d’industrie de Québec devrait sortir et parler haut et fort pour que le problème se règle. Il faut davantage que des interventions dans les journaux. Il faut des gestes d’éclat où vous exigez des réponses à vos questions. Il faut que les choses changent parce que la situation actuelle est carrément intenable. Dans les médias, on entend parler de Français qui n’en peuvent plus de répondre à des questionnaires qui ne finissent pas. Il y a de nouveaux arrivants qui sont tellement submergés par la paperasserie qu’ils finissent par abandonner et retournent chez eux. Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est désolant! »

La question du transport en commun dans les parcs

Le maire de Québec annonce l’arrivée de nouveaux circuits de transport en commun dans les parcs industriels, mais reconnaît que ces derniers fonctionneront à perte. «  Nous essaierons d’avoir la fréquence la plus importante possible et, dans notre calcul, nous tenons compte des taxes municipales versées par les entrepreneurs des parcs industriels. » Pierre Dolbec a rappelé à M. Labeaume que le RTC investit environ 750 heures de transport dans quatre parcs industriels et que d’autres circuits suivront. Régis Labeaume a répondu que le RTC mettrait de l’avant de nouveaux circuits dans la partie nord de Québec. « Nous allons vers ce que l’on peut appeler la mobilité comme un service. Nous avons 4 G$ à investir, dont 3 G$ pour le transport structurant. Nous voulons que tous les acteurs du transport travaillent avec nous. Cela signifie que les taxis, les autobus privés et le RTC doivent unir leurs forces pour reconduire les gens de chez eux au travail. Il faut donc révolutionner la façon classique de faire les choses. Les taxis font déjà du transport adapté, preuve que cette formule peut être étendue dans d’autres domaines. En dehors du circuit habituel des autobus, nous voulons que les usagers puissent faire les trois derniers kilomètres qui les relient à leur travail par le biais d’autres moyens. Nous travaillerons très fort là-dessus et le panorama du transport en commun changera », conclut le maire de Québec.

(JB) Qui aurait imaginé voir Fondaction et le Conseil du patronat créer un partenariat? Les deux organisations ont accepté avec enthousiasme de participer à cette aventure parce qu’elles ont en commun la même volonté de créer et de maintenir des emplois dans les 17 régions administratives du Québec. La Corporation des parcs industriels de Québec n’aurait pu rêver une alliance plus riche en crédibilité.

jpi 09 2018 article une

Outre les trois partenaires fondateurs, le comité organisateur du prix Créateurs d’emplois du Québec 2018 a pu susciter l’intérêt d’organisations de prestige comme le Groupe Desgagnés, Investissement Québec et Lowe’s Canada, trois piliers de l’économie québécoise.

À cela s’ajoutent les partenaires associés que sont Aéroports de Montréal, Air Canada, Bombardier, Réseau Sélection, et l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Les partenaires prospérité sont l’Association de la construction du Québec (ACQ), les Casinos du Québec, Desjardins Entreprises Québec–Portneuf, Power Corporation du Canada, Drakkar & Associés, Énergir, la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, l’Office du tourisme de Québec, le Port de Montréal, STIQ Maillage industriel, l’Union des municipalités du Québec et la Ville de Québec.

Les partenaires fournisseurs sont Delta Hôtels Marriott Québec, Déry Résultats Marketing, Digipoint, CTL Recouvrement de créances, Groupe PolyAlto, Jobillico, LSM, Raymond Chabot Grant Thornton et Mallette.

Les partenaires médias sont TVA, le Journal de Montréal, le Journal de Québec, le Journal des parcs industriels et le journal Nouvelles Économiques.

Enfin, le partenaire institutionnel est le Gouvernement du Québec. Toutes ces organisations contribuent à la seconde édition d’un événement destiné à saluer les efforts des entrepreneurs de tout le Québec dans la création de richesse.

(MS) La 14e édition de la Classique de golf inter-parcs industriels, a été un véritable succès le 6 juin dernier. Au total, 160 golfeurs et golfeuses ont sillonné les 18 trous du Club de golf Royal Charbourg. Événement incontournable pour les personnes du milieu des affaires, cette nouvelle édition a fait l’unanimité. 

jpi 06 2018 article une classique golf inter parcs 2018

L’événement a eu lieu sous la présidence de Mario Girard, président-directeur général de l’Administration portuaire de Québec (APQ) depuis 2011. Avant le lancement officiel de cette nouvelle édition, il a tenu à se présenter aux joueurs et joueuses présent. « Je suis très heureux d’être là », a-t-il précisé d’entrée de jeu. 

Pour une 14e année consécutive, l’entreprise Telus est le présentateur officiel. Francis Carrier, conseiller principal en Solutions complexes chez Telus était présent lors de la journée afin de représenter son entreprise. « Cet événement est un lieu pour faire du réseautage et favoriser le fait de faire des affaires ensemble », a expliqué monsieur Carrier, quant à l’un des objectifs poursuivis par cette rencontre annuelle. 

En effet, de retour chaque année, cette réunion sportive se veut être positive pour les membres de la Corporation des parcs industriels de Québec (CPIQ) qui y prennent part. Cette nouvelle édition a été un véritable succès. En plus de la pratique du golf, les joueurs ont pu profiter de la présence de plusieurs commanditaires sur certains trous afin de découvrir des entreprises membres, mais également les produits qu’ils offrent. 

Plusieurs photographies de la journée seront disponibles dans les prochaines semaines sur le site Internet de la Corporation des parcs industriels de Québec. Les invitations pour la 15e édition de la Classique de golf inter-parcs industriels ont été officiellement lancées à la fin de la journée à l'occasion du souper. Pour ceux et celles qui désirent s'inscrire dès à présent pour cet événement devenu un incontournable depuis sa création sont invités à entrer en communication avec David Cassivi, coordonnateur de la Classique de golf au : 418 780-0999.

(MS) Lors d’une conférence de presse exceptionnelle le 8 mars dernier, Pierre Dolbec, président de la Corporation des parcs industriels de Québec (CPIQ) et Rémy Normand, président du Réseau de transport de la Capitale (RTC) ont présenté conjointement les améliorations importantes qui vont voir le jour du côté du transport en commun, notamment vers les zones et parcs industriels de Québec.

jpi 04 2018 article une

Monsieur Dolbec a siégé au sein de deux comités de la Ville de Québec : la mobilité durable et l’environnement économique, ce qui lui a permis de faire avancer le dossier grâce à la collaboration de la Ville de Québec et du RTC, de précieux partenaires. 

Selon le président de la CPIQ, il s'agit d'une excellente nouvelle pour les industriels qui pourront avoir accès à des autobus adaptés à leurs habitudes de travail. 

Plusieurs améliorations intéressantes

Le RTC poursuit l’amélioration de son réseau dans le secteur des parcs industriels Charest/Henri-IV. L'amélioration de la desserte en transport en commun dans ce secteur est un sujet sur lequel le RTC travaille depuis plusieurs années en collaboration avec le Parc technologique et les parcs industriels. Grâce aux différents commentaires et suggestions reçus lors de la tournée des arrondissements en 2017, des pistes d’amélioration ont été soulevées pour rendre les parcours plus rapides, assurer les correspondances et bonifier le service au début et à la fin des quarts de travail traditionnels, notamment.

L’ensemble des améliorations proposées vise à rendre le réseau plus rapide, plus simple et plus direct, pour que les travailleurs puissent avoir accès à leur lieu de travail dans les meilleures conditions possibles.

Selon Pierre Dolbec, cette innovation met en évidence l’importance des zones et des parcs industriels, non seulement au niveau économique, mais en termes d’emplois et de possibilités de carrières. En effet, ces améliorations vont permettre aux jeunes, qui ne possèdent pas de véhicules, de pouvoir se rendre auprès des entreprises plus facilement. 

« Ce transport-là va être capable d’élargir toute la disponibilité », précise monsieur Dolbec. Le principal intéressé insiste sur l’amélioration de la qualité de vie des professionnels, mais également des entreprises, qui vont avoir d’autant plus de chance d’accueillir des nouveaux travailleurs. L’accessibilité aux différents zones et parcs industriels a toujours représenté un défi de taille pour la Corporation des parcs industriels de Québec, qui se dit très satisfaite de cette première étape franchie, et non la moindre.

Des parcours adaptés

Les parcours 22, 29 et 88, qui circulent dans le Parc technologique du Québec Métropolitain, le parc Colbert, le parc Carillon et le Carrefour du commerce, vont offrir des heures de services entièrement réadaptées à la demande du CPIQ, qui représente les travailleurs présents au sein de ces zones. L’investissement total pour l’amélioration de ces trois parcours s’élève à 650 000 $. L’entrée en service de ces nouveaux parcours se fera le 18 août prochain.

Monsieur Dolbec mentionne qu’il restera à l’affût de la mise en place de ces nouveaux parcours durant les prochains mois afin de s’assurer que tout se déroule comme prévu, en étant toujours à l’écoute des industriels qu’il représente chaque fois qu’il est présent lors des réunions.

Découvrir ces nouveaux parcours

Le parcours 22, qui est essentiellement dédié aux travailleurs du Parc technologique, a été bonifié afin d'offrir plus d’opportunités et de flexibilité durant les heures de pointe. Reliant le terminus Les Saules au centre de Sainte-Foy, le parcours 22 circulera désormais sur le boulevard du Parc-Technologique, afin d'être plus accessible pour une majorité de travailleurs. La desserte sera également bonifiée en offrant quatre fois plus de départs chaque jour. Le parcours permettra une connexion directe avec l’Université Laval et ne circulera plus par les autres parcs industriels.

De son côté, le parcours 88 servira à la desserte des parcs industriels de Colbert, de Carillon et du Carrefour du Commerce. Il reliera directement trois pôles de correspondances importants : Sainte-Foy (Jules-Dallaire), l’Université Laval et le terminus Les Saules. Le parcours 88 circulera désormais sur la rue Dalton (Colbert Est), afin d’être toujours plus accessible pour une majorité de travailleurs.

Pour terminer, le nombre de départs du parcours 29 a été doublé aux heures de pointe, afin d'offrir plus de possibilités aux travailleurs du Parc technologique et des parcs Colbert et de Carillon. Dès sa mise en place, il circulera toutes les 30 minutes, sur une plage de temps plus longue (de 6 h à 8 h 30 et de 15 h à 18 h 30). La distance de marche sera également réduite pour la majorité des travailleurs, grâce au redressement du parcours sur le boulevard du Parc Technologique.

(JB) Lors de la soirée de la première édition du Gala des Prix Créateurs d’emplois du Québec, le premier ministre, M. Philippe Couillard, a livré une allocution où il a salué les entrepreneurs de tout le Québec et reconnu le bien-fondé de célébrer leur succès par l’entremise d’un événement prestigieux. Voici quelques extraits de son allocution.

jpi 03 2018 article une

« Créateurs, créatrices d’emplois, c’est un honneur et un plaisir pour moi que de me retrouver parmi vous, vous qui créez des emplois sur le terrain, et surtout, partout dans nos régions. J’apprécie beaucoup que cet événement ait une couleur régionale et je salue les gens du Saguenay – Lac-Saint-Jean qui sont dans la salle. Je suis particulièrement heureux de vous voir ici et également ceux et celles de toutes nos régions.

Vous savez qu’on ne peut ni surestimer ni sous-estimer le rôle d’un gouvernement dans la croissance économique et la création d’emplois. Il ne faut pas le surestimer parce qu’il y a des leviers extérieurs au Québec, il y a des circonstances qui sont internationales. Mais, avant tout, c’est à vous que revient la tâche de créer de l’emploi et vous le faites très bien. Mais il ne faut pas sous-estimer non plus le rôle du gouvernement. Lorsqu’on crée un environnement fiscal favorable, quand on allège la réglementation (et je salue Lise Thériault qui effectue ce travail depuis quelque temps et les résultats sont là) et quand on crée un climat favorable à l’investissement, on retrouve la confiance. On est déjà sur la bonne voie et il faut continuer.

Ce qui me fait plaisir, c’est de voir de quelle façon on me parle du Québec quand je me déplace à l’extérieur de nos frontières. Je peux vous dire que la perception est devenue la réalité. Fini le Québec des déficits chroniques, de l’endettement. Fini le Québec du chômage, le Québec né pour un petit pain. Bonjour le nouveau Québec des moyens retrouvés, des entrepreneurs dynamiques et la prospérité pour tous nos concitoyens et concitoyennes. (…)

Je veux féliciter les organisateurs de cette belle soirée. Quelle belle idée! (…) J’ai hâte d’entendre l’histoire de ces entreprises. C’est ce qui m’intéresse le plus dans ce genre d’événement. Entendre l’histoire d’une entreprise, comment l’idée a jailli, comment l’idée est devenue réalité et comment on amène la réalité encore plus loin. Je vous souhaite une très bonne soirée dans ce nouveau Québec de la prospérité
partagée ».

(JB) Le dernier rendez-vous inter-parcs industriels de la saison a été rien de moins que spectaculaire. Une somme d’argent disposée dans un camion blindé et qu’il faut évaluer, un incendie à éteindre, sans oublier une visite des locaux de cette multinationale de la sécurité, voilà autant de surprises qui attendaient les nombreux visiteurs. Pour l’occasion, un grand chapiteau chauffé a été dressé pour accueillir tout le monde.

jpi 12 2017 article une

D’entrée de jeu, M. Jimmy Savard, directeur régional de GardaWorld, a brossé le portrait de cette entreprise figurant parmi les leaders dans le monde dans les firmes spécialisées en sécurité. « Dans la région de Québec, Garda emploie 1 400 personnes et crée 250 nouveaux emplois par année ». M. Savard a également énuméré les différentes spécialités de l’entreprise comme la sécurité lors d’événements spéciaux, les patrouilles de surveillance, la signalisation routière et le transport de valeurs, pour ne mentionner que celles-là.

M. Luc Dupont, vice-président de GardaWorld, a rappelé l’historique de la firme fondée en 1985 qui compte aujourd’hui 12 bureaux régionaux au Québec et 34, au Canada. « Sur le plan international, GardaWorld emploie 62 000 personnes, mais même si l’entreprise a connu une croissance fulgurante, nos valeurs sont toujours restées les mêmes, soit, le rêve, la planification, la persévérance et la détermination ».

Enfin, M. Charles Pépin, directeur de Desjardins Entreprises – Québec-Capitale, a souligné le succès de GardaWorld. « Vous êtes une véritable inspiration pour l’entrepreneuriat québécois. Ce que j’aime de Garda, c’est qu’il a su rendre à la portée de tout le monde des exploits que l’on peut atteindre si on y met du cœur et de la persévérance. Vous êtes un modèle pour les jeunes gens d’affaires québécois ».

Vos représentants :

M. Ghislain Gaudreau
Développement des affaires
418 998-0970
ou par courriel :
ventes@journal-local.ca
ou notre téléphoniste au :
418 780-0999


Mme Sylvie Charest
Représentante publicitaire
418 254-4367
ou par courriel :
scharest@journal-local.ca
ou notre téléphoniste au :
418 780-0999


Mme Ginette Demers
Publicité
418 871-1274

ou par courriel :
gdemers@journal-local.ca


Formats, spécifications techniques, territoire de distribution et calendrier


Aller au haut