Le Journal d'affaires NOUVELLES ÉCONOMIQUES

Le Journal d'affaires NOUVELLES ÉCONOMIQUES

(YG) Pour le président-directeur général du Centre des congrès de Québec, Pierre-Michel Bouchard, la présentation du Prix Créateurs d’emplois du Québec représente l’occasion rêvée de présenter son offre de services à la communauté d’affaires tout en participant à un événement qui gagne toujours en notoriété. 

jne 09 2019 article une

« À mon avis, il s’agit d’un des plus importants événements de la communauté d’affaires au Québec parce qu’il réunit des entreprises des 17 régions administratives. Un exploit qui n’est pas aussi évident que cela paraît. Pour une fois, les grandes entreprises montréalaises se déplacent à Québec pour un événement d’affaires. L’organisation a réussi aussi à aller chercher des partenaires importants de la métropole tel que l’aéroport de Montréal. C’est une réussite grandiose à laquelle j’ai adhéré dès la première édition de l’événement », assure M. Bouchard.

« Je connais Pierre Cassivi depuis l’organisation des Jeux mondiaux des policiers et des pompiers à Québec en 2005. Je lui avais assuré à cette époque que je serais toujours là pour participer à l’organisation d’événements regroupant la communauté d’affaires. Il travaille toujours très fort, et ça m’a pris une minute pour accepter quand il m’a proposé de participer à son projet il y a trois ans », poursuit M. Bouchard.

Pour le président-directeur général, il s'agit de l’événement idéal pour attirer à Québec la communauté d’affaires de toutes les régions du Québec. Il mentionne également que la tenue de cet événement représente une excellente opportunité pour la vie économique et le tourisme à Québec. La venue d’entrepreneurs de toutes les régions administratives québécoises, qui bien souvent passeront un jour ou deux à Québec, demeure une excellente nouvelle pour les acteurs touristiques.

(JB) Au moment où nous préparions la documentation pour la présentation de cette liste des maires et des mairesses des 17 régions administratives du Québec, nous avons pu constater que les femmes sont de plus en plus présentes avec 212 mairesses.

Aux dernières élections municipales, en 2017, 2 358 femmes ont été élues, dont 205 au poste de mairesse. Lors de notre dernière recension, il s’établissait à 212. Il s’agit donc d’une augmentation qui démontre que l’intérêt des femmes pour la politique est bien réel. Lors des dernières élections provinciales, le nombre de femmes élues était de 52, un chiffre record.

Dans les pages qui suivent, vous trouverez la liste des maires et des mairesses des villes et des municipalités de tout le Québec. Si vous constatez une erreur, communiquez avec le journaliste : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

(JB) Les municipalités régionales de comtés (MRC) sont des entités administratives assurant la gestion régionale des municipalités locales et jouissant d’un pouvoir de juridiction et de réglementation dévolu par le gouvernement du Québec. Selon le dernier recensement du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT), il y a 87 MRC et 14 villes et agglomérations exerçant certaines compétences de MRC. Sur 1 110 municipalités locales, 1 067 font partie d’une MRC et les autres sont hors MRC.

jne 06 2019 article une

La MRC est dirigée par un conseil formé du maire de chacune des municipalités locales dont le territoire est compris dans celui de la MRC ainsi que tout autre représentant d’une municipalité locale selon ce que prévoit le décret constituant la MRC. Le conseil est dirigé par un préfet. Ce dernier est élu par les membres du conseil parmi ceux d’entre eux qui sont maires. Le conseil peut aussi décider que le préfet est élu par les citoyens. Actuellement, 14 préfets sont élus au suffrage direct.

Les compétences des MRC

Parmi les compétences des MRC, mentionnons l’aménagement du territoire, la confection des rôles d’évaluation et la vente des immeubles pour défaut de paiement de taxes. La MRC s’occupe également de l’élaboration du plan de gestion de matières résiduelles et du schéma de couverture de risques en sécurité incendie. Enfin, elle est responsable du développement local et elle agit dans les territoires non organisés (TNO) comme si elle était une municipalité locale.

Les villes et agglomérations qui exercent certaines compétences de MRC sont Gatineau, l’agglomération des Îles-de-la-Madeleine, Laval, l’agglomération de La Tuque, Lévis, l’agglomération de Longueuil, Mirabel, l’agglomération de Montréal, l’agglomération de Québec, Rouyn-Noranda, Saguenay, Shawinigan, Sherbrooke et Trois-Rivières. Les populations de moins de 10 000 habitants accueillent 5 MRC; celles de 100 000 à 49 999 habitants, 58; de 50 000 à 99 999 habitants, 14; de 100 000 et plus, 10, pour un total de 87.

Le conseil de la MRC

Le conseil de la MRC se compose du maire de chaque municipalité locale dont le territoire est compris dans celui de la MRC ainsi que de tout autre représentant de ces municipalités, selon ce que prévoit le décret constituant la MRC. Si le préfet est élu au suffrage universel, il doit être ajouté à cette liste. Le préfet est élu d’entre les maires par les membres du conseil. Cette élection est faite au scrutin secret lors d’une séance de conseil.

Le conseil de la municipalité locale dont le maire est élu préfet peut désigner parmi ses membres une personne pour le remplacer à titre de représentant de la municipalité. Le mandat du préfet dure deux ans (quatre ans pour un préfet élu au suffrage universel). Toutefois, il prend fin lorsque le préfet démissionne de ce poste, est destitué ou cesse d’être maire d’une municipalité locale dont le territoire est compris dans la MRC. Lorsque le maire de la ville centre est d’office préfet, il ne peut démissionner ni être destitué.

Source : https://www.mamrot.gouv.qc.ca/amenagement-du-territoire/guide-la-prise-de-decision-en-urbanisme/acteurs-et-processus/mrc/.

(MS)À peine la première édition du Prix Créateurs d’emplois du Québec complétée que la deuxième édition est déjà en route. Dès l’année prochaine, toutes les entreprises à travers l’ensemble du Québec sont conviées à transmettre leurs candidatures afin de récolter un honneur particulier en tant qu’entreprise qui s’est distinguée dans la création et le maintien de l’emploi en son sein.

jne 02 2018 article une

Le rendez-vous est lancé pour l’année prochaine. L’événement se déroulera de nouveau au Centre des congrès de Québec en date du 24 octobre 2018.

(JB) Le gala du Prix Créateurs d’emplois du Québec, qui s’est tenu le 4 octobre dernier au Centre des congrès de Québec a connu un rayonnement de presse au-delà des prévisions des organisateurs du concours, étant donné que c’était une première édition.

jne 12 2017 article une

La Société canadienne des relations publiques via son système de points d’évaluations médiatiques (PEM) révèle que des informations concernant le Prix Créateurs d’emplois du Québec ont été diffusées par 30 médias et ont rejoint 4 420 487 personnes. Des 30 médias, 29 ont adopté un ton positif et un a choisi un ton équilibré.

La diffusion a été principalement effectuée par le biais de sites Web et de journaux quotidiens. Plus en détail, la portée par ville est de 2 449 200 à l’échelle nationale, 1 224 000 à Vanier, 655 000 à Québec, 14 000 à Cap-aux-Meules, 75 000 à Victoriaville et 2 500 à Gaspé.

Parmi les critères de qualité, celle de l’image a obtenu le plus haut score (plus de 90 %), suivi de la couleur (plus de 80 %) et des messages principaux (80 %).

Autres données

Sur le portail du premier ministre du Québec, la nouvelle de l’événement a connu 30 000 visionnements. En région, Infodimanche (de Rivière-du-Loup) a salué la victoire de Premier Tech, lauréat de la catégorie Champion pour la région du Bas-Saint-Laurent avec une portée de 20 000.

M. Pierre Cassivi, fondateur du Prix Créateurs d’emplois du Québec et directeur général de la Corporation des parcs industriels de Québec estime que la mission a été accomplie. « Pour une première édition, c’est un rayonnement qui dépasse nos prévisions. Et la diffusion médiatique de cet événement, qui salue la détermination et le travail acharné de gens d’affaires issus des quatre coins du Québec témoigne éloquemment du caractère incontournable du Prix Créateurs d’emplois du Québec ».

(MS) Dans le cadre de la toute première édition du Prix Créateurs d’emplois du Québec, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard a assisté à cette soirée le 4 octobre dernier en compagnie de plus de 800 convives. Politiciens, entrepreneurs et invités étaient tous au rendez-vous pour souligner le travail des entreprises à travers la province de Québec. Cette soirée a été remplie d'émotion et chargée d’histoires plus intéressantes les unes que les autres concernant les entreprises lauréates. 

jne 11 2017 article une 1

« Vous savez, c'est un honneur et un plaisir de me retrouver parmi vous. Vous qui créez les emplois en réalité sur le terrain et surtout partout dans nos régions. J'apprécie beaucoup que cet événement ait une couleur régionale. On ne peut pas surestimer ni sous-estimer le rôle d'un gouvernement dans la croissance économique et la création d'emplois », a mentionné le premier ministre au début de la cérémonie du 4 octobre dernier. 

Il a tenu à souligner l’importance du gouvernement en termes d’emplois et d’économie. « Faut pas le surestimer, il y a des leviers qui sont extérieurs au Québec, il y a des circonstances internationales et avant tout encore une fois, c'est à vous que revient le rôle et vous le faites très bien de créer de l'emploi. Mais il ne faut pas non plus le sous-estimer », a précisé monsieur Couillard. Il a souligné les efforts effectués de la part du gouvernement du Québec afin d’offrir un environnement fiscal favorable à une évolution positive. Il a également mentionné l’allégement de la réglementation et la création d’un climat plus que favorable pour l’investissement. 

« On est déjà sur la bonne voie, alors il faut continuer. Ce que je peux vous dire c'est que maintenant la perception est devenue la réalité ou la réalité est devenue la perception », a précisé monsieur Couillard, visiblement fier de la place du Québec à l’échelle nationale et internationale. En s'adressant aux dirigeants d'entreprises et représentants d'entreprises présents dans la salle, le premier ministre du Québec a mentionné que grâce à eux la création d'emplois est possible. 

« La plupart de ces emplois proviennent du secteur privé, la majorité des emplois sont à temps plein et la rémunération au Québec croît plus vite que dans d'autres régions au Canada. Je tiens à féliciter les organisateurs de cette soirée, quelle belle idée », a ajouté
le premier ministre à la fin de son allocution.

(JB) Au cours de la matinée du 9 août dernier, la fébrilité était palpable dans les bureaux de Québec de Jobillico. Des gens d’affaires et des journalistes, sans oublier les artisans de ce concours national, se côtoyaient dans une ambiance de franche camaraderie. Lors de cette conférence de presse, on allait dévoiler les noms des membres du jury, de même que les deux trophées qui seront remis lors de la soirée de gala, qui se tiendra le 4 octobre prochain au Centre des congrès de Québec.

jne 09 2017 article une

Les trophées

Conçus par René Déry, président de la firme Résultats Communication & Marketing, les trophées du Prix Créateurs d’emplois du Québec (PCEQ) symbolisent la stabilité engendrée par la force du travail. Les angles droits évoquent un bâtiment aux assises solides. Il y a un trophée pour le Grand Prix et un pour le Coup de cœur. C’est également à M. Déry que l’on doit la signature corporative de l’organisme, les normes graphiques, la conception des certificats ainsi que la coordination visuelle.

Les membres du jury

Aucun effort n’a été épargné pour choisir les membres qui composent le jury des Prix Créateurs d’emplois du Québec et les personnes retenues se distinguent par leur haut niveau de compétences. Le comité de sélection a pris soin de choisir des jurés issus de différents horizons économiques.

La présidence du jury de cette première édition du PCEQ a été confiée à l’honorable Éric Forest, sénateur, ancien président de l’Union des municipalités du Québec et ancien maire de Rimouski. Il sera accompagné de Mme Mariepier Tremblay, professeure agrégée au département de management à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval et titulaire de la Chaire en entrepreneuriat et motivation.

L’emploi étant le moteur de la prospérité, les Prix Créateurs d’emplois du Québec ont été créés pour souligner l’apport important des créateurs d’emplois pour le développement du Québec et de ses régions. Dans le cadre du Gala, les prix célèbrent la création, le maintien et la croissance exceptionnelle d’emplois de qualité dans une perspective de développement durable.

Soyez des nôtres et affirmez votre appui lors de la première édition qui se déroulera en présence du premier ministre du Québec (ou d’un de ses représentants) !

JNE 08 2017 article une

Le Gala Prix Créateurs d’emplois du Québec honore annuellement les grands créateurs d’emplois du Québec et de ses 17 régions administratives. 

Deux Prix Créateurs d’emplois du Québec seront attribués dans chaque région administrative, soit dans la catégorie « Champion », soulignant la performance remarquable d’une entreprise de la région en fonction du nombre d’emplois créés ou maintenus, et un autre dans la catégorie « Coup de cœur », reconnaissant la contribution exemplaire d’une entreprise régionale en matière  d’innovation, de stratégie ou d’impact de la création ou du maintien d’emploi dans son secteur. 

Deux prix nationaux prestigieux seront décernés aux entreprises les plus exceptionnelles : le Grand Prix Créateur d’emplois et de prospérité du Québec ainsi que le Grand Prix Coup de cœur et Créateur de prospérité du Québec.

C’est donc un total de 36 prix pour l’ensemble du Québec qui seront décernés.

• 1 Grand Prix Créateur d’emplois et de prospérité du Québec

• 1 Grand Prix Coup de cœur et Créateur de prospérité du Québec

• 17 Prix Créateurs d’emplois du Québec – catégorie Champion

• 17 Prix Créateurs d’emplois du Québec – catégorie Coup de cœur

(JB) Promouvoir l’emploi au Québec, c’est la mission que se sont donnée les organisations qui œuvrent au sein de la communauté d’affaires du Québec. En mettant sur pied le Prix Créateurs d’emplois du Québec, on salue les efforts que déploient nos entrepreneurs afin de créer des emplois sur leur territoire.

JNE 06 2017 article une

Cette distinction a été lancée le 24 avril 2017 à l’hôtel de ville de Québec, en présence du maire de Québec, M. Régis Labeaume, du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, M. François Blais, du président-directeur général de Fondaction CSN, M. Léopold Beaulieu, du président-directeur général du Conseil du patronat du Québec, M. Yves-Thomas Dorval, du vice-président aux affaires judiciaires et porte-parole officiel de l’organisation Prix Créateurs d’emplois du Québec, Me Luc Paradis et du président de la Corporation des parcs industriels de Québec, M. Pierre Dolbec.

D’entrée de jeu, le ministre François Blais estime qu’il s’agit d’une excellente initiative. « Le Fondaction de la CSN, le Conseil du patronat, et la Corporation des parcs industriels du Québec démontrent leur engagement envers la poursuite de notre croissance économique. Souhaitons que les Prix Créateurs d’emplois connaissent beaucoup de succès et qu’ils nous permettent de connaître des entreprises qui se démarquent, tant du point de vue de la qualité des emplois que de la quantité des emplois qui seront créés ».

Pour M. Léopold Beaulieu : « Les Prix Créateurs d’emplois du Québec visent à reconnaître la contribution essentielle d’entreprises de toutes les régions du Québec. Il était donc naturel, pour Fondaction, de s’y associer, en cohérence avec sa mission ».

« On est là pour essayer de souligner les efforts des employeurs qui auront fait quelque chose de spécial au niveau de la création de l’emploi ou du maintien de l’emploi. On tenait à avoir dans le prix le mot prospérité. C’est de faire en sorte que cette richesse collective soit redistribuée de la meilleure façon et pour y parvenir, ça prend de bons emplois », a indiqué M. Yves-Thomas Dorval.

M. Régis Labeaume a déclaré que « Québec connaît une croissance économique exceptionnelle depuis quelques années. Outre le secteur public, on a un secteur industriel diversifié et je les remercie pour leur travail extraordinaire ».

Selon Me Luc Paradis, « ce prix va devenir très important à l’échelle provinciale. C’est un rendez-vous à ne pas manquer le 4 octobre prochain ; je vous y invite tous ».

Pour M. Pierre Dolbec, « ce prix se veut une reconnaissance envers les milliers d’entreprises manufacturières et industrielles du Québec qui créent de l’emploi. C’est un salut à ces femmes et ces hommes d’affaires qui créent notre richesse et notre fierté. Ce prix se veut aussi un remerciement à tous ces travailleurs et travailleuses qui donnent au Québec une économie solide et diversifiée ».

Pour le contenu complet des allocutions, consulter les six capsules publiées sur le site officiel.

(JB) C’est le lundi 24 avril 2017 que l’on a procédé au lancement du Prix Créateurs d’emplois du Québec. L’événement s’est tenu à l’hôtel de ville de Québec en présence du maire, M. Régis Labeaume, du président de la Corporation des parcs industriels de Québec (CPIQ), M. Pierre Dolbec, le ministre de l’Emploi, de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, M. François Blais; Me Luc Paradis, de la Corporation des parcs industriels de Québec, M. Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du Conseil du patronat du Québec et M. Léopold Beaulieu, président-directeur général de Fondaction CSN. De nombreux autres partenaires étaient présents, dont l’équipe de Journal.ca, de M. Pierre Cassivi, président-directeur général de Parcs industriels.ca.

jne 05 2017 article une

Pour M. Labeaume, l’avènement du Prix créateurs d’emplois du Québec est le signe que « plus que jamais, la ville de Québec prouve qu’elle est une ville dynamique, ambitieuse, une ville qui s’est transformée, au fil des années, grâce à vous, les entrepreneurs. Québec connaît une croissance exceptionnelle depuis quelques années et, outre le secteur public, on compte des entreprises de secteurs diversifiés. Avec 447 400 travailleurs, la région de Québec compte sur le plus bas taux de chômage au pays, soit 4,1 %. Et c’est la première fois qu’une région connaît 25 années de croissance consécutive au chapitre du produit intérieur brut. »

Me Luc Paradis a brossé l’historique de la mise sur pied du Prix Créateurs d’emplois du Québec, rappelant que Pierre Cassivi et lui ont rencontré Léopold Beaulieu, le PDG de Fondaction CSN. En juin, lorsque l’on a inauguré la Maison du commerce à Québec, j’ai rencontré M. Marius Brisson, qui représentait le CPQ (Conseil du patronat). J’ai alors pensé que ce serait une bonne idée de mettre ces organisations en contact dans l’esprit de créer le Prix Créateurs d’emplois du Québec. C’est un heureux dénouement puisque le Fondaction CSN pour la coopération et l’emploi est tout indiqué pour être le promoteur de l’emploi au Québec. Il invite les commissaires des zones et parcs industriels et les municipalités à présenter leur candidature pour le gala qui aura lieu le 4 octobre prochain.

Le président de la CPIQ, M. Pierre Dolbec, a salué le maire de Québec pour son accueil à l’hôtel de ville et a déclaré que « à la lumière des partenaires, on constate qu’on est entre bonnes mains. » Il a également rappelé que les parcs industriels forment le secteur le plus méconnu du système économique de la région. « Nos parcs génèrent 60 000 emplois, ce qui représente un levier de taille pour notre économie. »

Pour M. Yves Thomas Dorval, président-directeur général du Conseil du patronat du Québec, il allait de soi que le CPQ adhère à l’idée d’emblée. « Il faut se rappeler que le CPQ a été créé à la demande des syndicats. C’est un très bon outil d’échange entre les patrons et les travailleurs. » M. Dorval poursuit en saluant l’esprit de ce nouveau prix en affirmant que « nous avons raison de célébrer les personnes qui créent de l’emploi et il n’est pas important d’être des entreprises de gros volume pour se voir remettre un prix. »

Enfin, pour M. Léopold Beaulieu, PDG de Fondaction CSN, « c’est avec fierté que Fondaction participe à la création de ce prix. Pour Pierre Cassivi et Luc Paradis, l’emploi n’était pas suffisamment valorisé. Nous avons décidé d’y prendre part. Il faut aussi souligner l’importance des entreprises d’économie sociale. L’emploi est le premier moyen de participer à la création et le maintien d’emplois dans une perspective de développement durable. »

Aller au haut